Attentat de Nice : plus de 4 millions d’euros déjà versés aux victimes

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Un mois et demi après l’attaque de Nice, le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions a déjà procédé au versement de 4,4 M€ d’indemnisations. Le montant total estimé versé devrait atteindre « entre 300 et 400 M€ », selon la secrétaire d’Etat chargée de l’Aide aux victimes, Juliette Méadel.

Le montant total versé au titre de l'attaque de Nice devrait atteindre à terme entre « 300 et 400 M€ », précise la secrétaire d’Etat chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel.
Le montant total versé au titre de l'attaque de Nice devrait atteindre à terme entre « 300 et 400 M€ », précise la secrétaire d’Etat chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel.

Les versements d’indemnisation se poursuivent depuis l’attaque survenue le 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais à Nice et qui a provoqué la mort de 85 personnes et près de 300 blessés. En déplacement au FGTI pour une réunion de travail, Juliette Méadel, secrétaire d’Etat chargée de l’Aide aux victimes, a confirmé que les victimes et proches ont déjà reçu plus de 4,4 M€ d’indemnisation pour 1 134 dossiers déposés. A ce stade, il s’agit de provisions, c’est-à-dire d’avances sur indemnisation pour couvrir notamment les frais d’obsèques.

Une réserve de 1,4 Md€

Le montant total versé au titre de l'attaque de Nice devrait atteindre à terme entre « 300 et 400 M€ », précise la secrétaire d’Etat. Pour rappel, les attentats du 13 novembre à Paris ont représenté un montant équivalent, de l’ordre de 300 à 500 M€. Julien Rencki, directeur du FGTI a toutefois tenu à rassurer sur la solidité financière du Fonds, lequel dispose d’une réserve de 1,4  Md€.

Un rapport sur le financement du FGTI attendu

A plus long terme, Juliette Méadel réfléchit au financement du FGTI dans un contexte de recrudescence des attaques terroristes. Une mission d’inspection a, d’ailleurs, été engagée en ce sens. Les conclusions de ce rapport, qui devaient à l’origine intervenir en juillet, seront finalement remises à la rentrée à Michel Sapin, ministre des Finances, Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice et Juliette Méadel.



Effectuer une autre recherche

Rechercher