Attentats à Paris : «Le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité» (F.Hollande)

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Trois jours après les attentats qui ont frappé Paris et la Seine Saint-Denis vendredi 13 novembre au soir, François Hollande s’est exprimé devant le Congrès de Versailles (Assemblée nationale et Sénat). Il a formulé plusieurs annonces dont la création de milliers de postes dans « les forces de sécurité ».

Un discours solennel à la hauteur de la gravité des évènements. Pour la première fois du quinquennat, François Hollande a convoqué ce lundi 16 novembre le Congrès de Versailles, réunissant les députés et les sénateurs, pour détailler la riposte de la France aux attentats qui ont éclaté à Paris et aux abords du Stade de France dans la soirée du vendredi 13 novembre. Le chef de l’Etat a confirmé le bilan provisoire de 129 morts et 350 blessés dont « certains de nos compatriotes se trouvent toujours au moment où je m’adresse devant vous entre la vie et la mort. »

Les moyens de la police et justice renforcés

Face aux Parlementaires, le président de la République a annoncé plusieurs mesures dont des nouveaux moyens accorder aux forces de la sécurité et de la justice : création de 5000 postes de policiers et de gendarmes, 2500 postes pour l’administration pénitentiaire et 1000 pour les douanes.

Sans compter l’interruption de la réduction des effectifs de l’armée avant 2019 et le rappel des réservistes [citoyens formés comme militaires pour renforcer les forces armées actives sur le territoire national ou en opérations extérieures, NDLR].

Le pacte de sécurité l'emporte

Comme pour désamorcer les possibles attaques de l’opposition, le chef de l’Etat explique que « ces décisions budgétaires seront prises dans le cadre de la loi de finances pour 2016. Elles se traduiront par un surcroît de dépenses que j'assume. Car dans ces circonstances, je considère que le pacte de sécurité l'emporte sur le pacte de stabilité. » Pour rappel, le gouvernement s’était fixé comme objectif la réduction du déficit public à 3,3% PIB en 2016 et au-dessous des 3% en 2017. Il devrait atteindre 3,8% à fin 2015.

Tout au long de la journée, le secteur de l’assurance - organisations professionnelles, compagnies et dirigeants -  a multiplié les messages de solidarité et de soutien à l’égard des proches des victimes.

Les principales annonces de François Hollande :

- Proposition de prolongation de l’état d’urgence de 3 mois.

- Révision de la Constitution : article 16 relatif à l’état de siège et l’article 36 octroyant des pouvoirs exceptionnels au président de la République.

- Destitution de la nationalité.

- Intensification des frappes contre Daech (Etat islamique).

- Convocation d’un Conseil de sécurité de l’ONU.

1 réaction

styl | 17/11/2015 - 09H02

Puisque la France est en état de guerre, sans doute faut il revisiter les textes et couvertures assurantielles relatives à la guerre, attentats, terrorisme, individuelles ou sous forme de fonds de garantie, pour vérifier leur adéquation avec les ces nouveaux risques.

Signaler un abus |  CITER


Effectuer une autre recherche

Rechercher