Brexit : le gouvernement Edouard Philippe à la rescousse de la place de Paris

Par - Publié le

,

,

,

La Fédération française de l’assurance (FFA) salue les mesures annoncées afin de doper l’attractivité de la place financière.

Le centre d'affaires de la Défense à Paris
Le centre d'affaires de la Défense à Paris

Qui gagnera la bataille du Brexit ? Alors que le scénario du pire - entendre par là une sortie du Royaume-Uni du marché unique – semble se profiler, Paris semble en perte de vitesse face aux places concurrentes de Francfort et Luxembourg. Selon une récente étude de KPMG, sur les 50 institutions financières ayant déjà annoncé leur intention de quitter Londres, 21 ont choisi Luxembourg, 13 Dublin et 8 Francfort. Les assureurs britanniques Liberty, AIG, FM Global ont déjà élu domicile au Grand-Duché, tandis que le Lloyd's et QBE ont opté pour Bruxelles.

Pour ne pas se laisser distancer, les pouvoirs publics unissent leurs forces pour « dérouler le tapis bleu blanc rouge » à la finance londonienne. Prolongeant l’action du précédent gouvernement – Manuel Valls avait été le premier chef de gouvernement à assister aux rencontres de Paris Europlace – Edouard Philippe a annoncé vendredi 7 juillet plusieurs mesures destinées à doper l’attractivité.

Préservation d'emplois à forte valeur ajoutée

Au premier rang desquelles, des mesures sur la fiscalité des entreprises (taxation des revenus du capital au taux unique de 30% et réforme de la taxation de l’ISF) et sur le coût du travail, souvent pointé comme le principal handicap. La tranche supérieure de la taxe sur les salaires, payée par les entreprises ou les organismes non soumis à la TVA, sera supprimée. Elle concernait les rémunérations au-delà de 152.000 euros annuels imposées à 20 %. Désormais le taux le plus important sera de 13,5 %.

Edouard Philippe a également confirmé des mesures déjà annoncées comme la création de lycées internationaux ainsi que des améliorations concernant les transports en Ile de France. Elles s’ajoutent à la création du « guichet unique » et à l’extension du régime fiscal des impatriés annoncés par Manuel Valls. « Ces mesures sont un signal fort donné aux acteurs économiques de la Place de Paris ainsi qu’aux acteurs étrangers » et « participeront à la préservation, en France, d’emplois à forte valeur ajoutée », a réagi la Fédération française de l’assurance (FFA), qui rappelle que la France est le premier marché de l’assurance dans l’Europe post-Brexit.

 

 

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher