Complémentaire santé : des charges de gestion en augmentation

Par - Publié le

,

,

La légère hausse des charges de gestion enregistrée ces dernières années pourrait s’expliquer par la concurrence et la généralisation de la complémentaire santé, indique une étude de la Drees

En 2015, les charges de gestion ont représenté 20% du montant des cotisations des complémentaires santé,un chiffre en légère progression. Tel est l’un des principaux enseignements du rapport 2016 sur la situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé que vient de publier la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). La part des charges de gestion dans les cotisations a légèrement augmenté ces dernières années, puisqu’elle est passée de 19 % en 2011 à 20 % en 2015, « et ce malgré la hausse des contrats collectifs dont les charges de gestion sont plus faibles », constate la Drees.

Une concurrence coûteuse

Cette hausse concerne à la fois les frais d’acquisition et d’administration, en individuel comme en collectif. Le résultat, selon la Drees, d'une concurrence accrue sur le marché de l’assurance santé, la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés constiuant un autre facteur de hausse.« Certains organismes principalement positionnés sur l’individuel ont par exemple engagé des dépenses pour développer et promouvoir une offre en collectif (conception de contrats, recrutement de courtiers spécialisés, partenariats avec d’autres organismes implantés en collectif, etc.) », écrit la Drees. Cette dernière estime aussi que la réforme des contrats responsables a engendré des coûts pour les organismes en 2015 (refonte des contrats, communication auprès des assurés, évolution des systèmes d’informations…).

Des disparités entre les familles

Au fil des ans, la hiérarchie entre les familles reste stable. Les institutions de prévoyance affichent les charges les plus faibles (15 %), devant les mutuelles (20 %) puis les sociétés d’assurance (23 %). Cette hiérarchie entre famille d’organismes s’explique avant tout, là aussi, par le poids du collectif dans l’activité, qui génère des charges des charges de gestion plus faibles que l’individuel (18% contre 22%). Mais si on ventile les charges de gestion entre leurs deux postes, le rapport montre que les mutuelles se caractérisent par des frais d’administration plus élevés tandis que les sociétés d’assurance se distinguent par des frais d’acquisition plus importants.

 

Part des charges de gestion dans les cotisations en santé en 2011 et 2015

(en % des cotisations collectées)


1 réaction

sergedde | 30/03/2017 - 07H44

je suis étonné de votre analyse qui rend les IP vertueuses alors qu'au sein de la Mutualité, les PMM (petites et moyennes mutuelles) présentent des frais de gestion inférieurs à ceux des IP.

Pas ou peu de frais d'acquisition, une mutualisation des moyens, des compétences et des outils nous confèrent une gestion vertueuse qui bénéficie à nos adhérents. Sur 1 € cotisé, les PMM restituent plus de prestations que les grosses mutuelles et autres.

Signaler un abus |  CITER


Effectuer une autre recherche

Rechercher