Complémentaire santé : l’Unocam signera l’avenant n°11 à la convention nationale des pharmacies d’officine

Par - Publié le

,

,

,

La signature de ce texte qui revalorise le rôle des pharmaciens s’accompagne d’un engagement financier de 280 M€ de l’assurance maladie obligatoire et complémentaire.

Le conseil de l’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire (Unocam) a décidé de signer l’avenant N° 11 à la convention nationale des pharmacies d’officine, indique un communiqué publié vendredi 15 septembre sur le site de l’Unocam. Cette dernière, rappelle-t-on, avait participé aux négociations tripartites avec les pharmaciens titulaires d’officine depuis le 22 février 2017, puis signé un protocole d’accord le 18 mai.

Acteurs de santé publique

L’avenant N° 11 a déjà été signé le 20 juillet par l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam) et l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO), un des syndicats représentatifs de la profession. Sa priorité consiste à faire évoluer le mode de rémunération des officines en le rendant moins dépendant du prix et du volume des médicaments remboursables, alors que leur prix tend à diminuer. Il s’accompagne d’un investissement de l’assurance maladie obligatoire et des organismes complémentaires de 280 M€, montant étalé sur les années 2018 à 2020. A l’issue de la convention, en mai 2022, la part des revenus des officines provenant des marges commerciales devrait être considérablement réduite, pour ne plus représenter qu’environ 30%, indiquait l'assurance maladie en juillet.
Outre ces revalorisations, l’avenant N°11 renforce également le rôle d’acteur de santé publique du pharmacien, avec notamment la révision de dispositifs d’accompagnement existants pour certaines pathologies ou la mise en place d’un nouveau bilan de médication pour les patients qui prennent plus de cinq médicaments.



Effectuer une autre recherche

Rechercher