Courtage : la nouvelle CSCA ne verra pas le jour au 1er janvier 2015

Par - Mis à jour le 18 décembre 2014, à 12h 36 - Publié le

,

,

,

,

,

,

Le projet de fusion des syndicats porté par la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA) et donnant naissance à une nouvelle union ne verra pas le jour au 1er janvier 2015.

Le projet de nouvelle union de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA) ne verra pas le jour en ce début d'année 2015. Le Sycarif vient en effet d’annoncer officiellement qu’il n’a pas la moindre intention de convoquer ses membres à une assemblée générale extraordinaire (AGE) avant le 31 décembre 2014. Une décision qui reporte alors la naissance du projet initialement prévue le 1er janvier 2015 et remet tout simplement cette dernière en cause. Cette prise de position a ainsi comme effet de rendre caduque l’ensemble des AGE menées par huit syndicats membres favorables au projet (Scan, Scamp, Sfac, SMCAR, Sycaest, Sycaso, Syndicat 10, et Ucamat).

Une décision prise avant la date butoir

Les représentants de la CSCA venaient pourtant d’annoncer la tenue d’une ultime AGE le 30 décembre prochain, ce qui aurait pu laisser un peu plus de temps au Sycarif pour convoquer la sienne dans les temps impartis. Mais que nenni. «Pour le Sycarif, ce projet n’est ni sérieux ni crédible et ne prend pas la mesure des enjeux nouveaux. D’une certaine façon, il maintient les courtiers dans le doux rêve que la profession peut fonctionner sans rien changer, sans examiner ses performances dans un monde de plus en plus concurrentiel», s’explique dans un communiqué Damien Viellard-Baron, actuel président du Sycarif.

Ce dernier confirme que «l’assemblée générale extraordinaire convoquée par la CSCA le 30 décembre constatera que les conditions suspensives de fusion ne sont pas levées et que le projet est donc reporté». Il invite la CSCA et les autres syndicats partenaires «à retrouver la sérénité nécessaire pour une négociation constructive début 2015 et la nécessité impérieuse de se retrouver à travers les travaux structurants des commissions métiers».

La réaction de la CSCA

Même si de son côté, Hervé Houdard, président de la CSCA, ne se fait guère d'illusion quant à l'issue de l'AGE de fin décembre, il préfère néanmoins rester mesuré. «Nous étions contraints statutairement et réglementairement parlant de convoquer cette AGE, et ce quelles que soient les décisions du Sycarif. Ce que nous avons fait, car elle se tiendra bien le 30 décembre prochain. À l'heure actuelle, nous n'avons pas encore reçu de courrier officiel du Sycarif nous informant la non-tenue d'une AGE le concernant d'ici la fin de l'année. Il sera donc temps, lors de l'assemblée générale extraordinaire du 30 décembre, de constater, si cette information est confirmée, que les conditions suspensives ne sont pas remplies et le projet officiellement reporté. D'ici là rien n'est encore acté», conclut-il.
 



Effectuer une autre recherche

Rechercher