Formation : la CSCA et l'Ifpass créent une entreprise commune

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Doter les courtiers de proximité des compétences nécessaires à leur fonctionnement : telle est la finalité de la joint-venture mise en place par la Chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) et l’Institut de formation de la profession de l’assurance (Ifpass).

Cours à l’Ifpass. L’institut de formation de l’assurance se positionne sur les RH.
Cours à l’Ifpass. L’institut de formation de l’assurance se positionne sur les RH.
Pierre VASSAL

Tout est parti des résultats, fin 2014, de l’étude menée dans le cadre de l’Observatoire des métiers et des qualifications du courtage d’assurances, réalisée par le cabinet de conseil Eurogroup consulting à la demande de la CPNEFP (NDLR : Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle, qui réunit à la fois la Chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) côté patronal et les représentants de salariés).

Son but, dans la lignée de la signa­ture de l’accord relatif à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences dans le secteur, consistait à appréhender l’impact des évolutions économiques, réglementaires et technologiques sur la structuration, l’activité et les ressources humaines des cabinets de courtage.

Améliorer le transfert de compétences

Résultat sans appel : des actions devaient inévitablement être initiées pour permettre aux structures locales d’affronter les mutations de leur métier et de conjurer l’effet de (petite) taille. Car vieillissantes, avec une moyenne d’âge des dirigeants de 53 ans, les cabinets de courtage de proximité sont en proie à un réel ­problème de transfert de compétences, de carrières sans parcours et de management plutôt empirique. Autant de faiblesses à l’heure où, justement, de nouvelles aptitudes devien­nent ­vitales en relation client, management et digital.

De quoi interpeller la CSCA qui a trouvé en l’Institut de formation de la profession de l’assurance (Ifpass), un partenai­re évident, avec qui bâtir une répon­se commune aux besoins de services des 4 100 cabinets de courtage français – 88 % sont des TPE – représentant 40 800 salariés.

« En plus de l’initiative au niveau de la branche professionnelle, qui a débouché sur la construction, en partenariat avec AF2A, d’une offre de formation dédiée aux ­collaborateurs des structures de courtage, Identité Courtage, et la refonte des référentiels des CQP (lire p. 56), les besoins portent aujourd’hui sur la mutualisation des postes, des services et des moyens des cabinets de proximité ; c’est un nouveau service RH qu’il nous faut apporter », ­explique Christophe Hautbourg, le directeur général de la CSCA, qui se positionne donc comme l’organe serviciel du secteur. Le DG de la chambre cite, comme exemple, le futur règlement géné­ral sur la protection des données qui entrera en ­vigueur début 2018, avec pour conséquence d’imposer l’embauche d’un délégué à la protection des données personnelles pour chaque entreprise. Une fonction qui peut, et doit être, partagée, au même titre qu’un DRH, un expert-compta­ble ou un directeur juridique par plusieurs cabinets de ­courtage.

Les cqp font peau neuve

Les plus anciens dataient d’un peu plus de 10 ans... Les 4 certificats de qualification professionnelle qui donnent accès aux métiers de l’assurance viennent d’être revus. Élaborés par la branche avec les partenaires sociaux, ces nouveaux CQP, déployés courant 2018, seront au nombre de trois avec pour but de favoriser la mobilité interne :

- Chargé de clientèle en courtage d’assurances.
- Gestionnaire assurances de personnes (sinistres ou production).
- Gestionnaire IARD (sinistres ou production).

En parallèle, le référentiel du BTS assurance a été refondu par un groupe de travail composé de la CSCA, Agéa (fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance), la FFA (Fédération française de l’assurance) et l’Éducation nationale.

Mutualiser les services

Or, l’outil pour le faire vient d’être mis sur pied. Cette nouvelle structure est une joint-venture que la CSCA signera avec l’Ifpass, courant septembre. Cette entreprise commune est détenue à 50 % par chaque partie. « Cette initiative s’inscrit dans le développement, par la CSCA, de partenariats structurants et très opérationnels pour l’ensemble des courtiers. Au regard notamment de la réglementation, la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, et les sujets relatifs aux ressources humaines, deviennent des enjeux de plus en plus importants, et peuvent constituer des freins inutiles pour les courtiers qui ne disposeraient pas des moyens ou ressources internes suffisants à y consacrer. La mise à disposition de services mutualisés, dédiés au courtage, était l’une des préconisations du Livre blanc publié en mars?2017 par notre Think tank Intermedius, et nous allons poursuivre dans cette voie », déclare Bertrand de Surmont, président de la CSCA. Les services proposés iront de la formation de profils plus technico-commerciaux, au renforcement de l’expertise technique et de la polyvalence des équipes, au développement de l’employabilité et à la fourniture partielle ou temporaire de compétences clés. « Cela fait un moment que pour répondre aux besoins des entreprises en matière de recrutements et de développement des compétences, nous réfléchissions à créer une structure spécifique », confie Christophe Hautbourg.

L’accès à cette offre externalisée est ouvert à l’ensemble des courtiers, qu’ils soient adhérents ou non à la CSCA. « Nous évoluons d’un institut de formation à un institut RH », résume Laurent Arachtingi, directeur général de l’Ifpass. « Nous sommes sollicités de manière croissante pour effectuer des recrutements, voire des prérecrutements, mettre en place des VAE (NDLR : validation des acquis de l’expérience), effectuer des bilans de compétences… », poursuit Laurent Arachtingi qui gère la formation de 8 000 personnes par an. Le chiffre d’affai­res provenant essentiellement des compagnies (60 %), courtiers (10 %) et agents (10 %).

Former le personnel

Pour lui, la complémentarité était naturelle entre « l’ambassadeur des courtiers qu’est la CSCA » et son organisme qui a validé un plan quinquennal de 10 M€ et d’ores et déjà investi 1,5 M€ en 2017. « Nous allons être amenés, à moyen terme, à faire de plus en plus de modules sur mesure, à développer notre expertise en nous positionnant sur des services informatiques, ou encore du management de transition, et le courtage est un secteur en croissance au sein de l’institut », ajoute-t-il. Plus de 50 000 CV composent déjà la base de données de cette nouvelle entité. Future plateforme de services et partenaire RH des courtiers, elle doit aussi devenir un outil supplémentaire de développement de l’alternance dans la filière d’ici 2019. L’ouverture officielle est programmée pour la fin de l’année. Quelques semaines donc après l’inauguration par l’Ifpass de ses nouveaux locaux situés à Puteaux (92). « Nous n’avons pas de problèmes de fonds propres et les statuts sont prêts », assure Christophe Hautbourg, avant de glisser : « Cette offre de services RH sera clé à l’heure où la directive sur la distribution d’assurance introduit l’évaluation et le suivi des compétences et obligera les courtiers dès 2018 à former leur personnel en continu au moins 15 h par an ». Voilà ce qui s’appelle avoir le sens du timing.


Laurent  Arachtingi

Laurent Arachtingi

Directeur général de l’Institut de formation de la profession de l’assurance (IFPASS)

Maîtrise en droit des affaires. Diplôme d'études approfondies en droit social. 1994-97 : juriste chez le Groupe des Industries Métallurgiques (GIM) UIMM. 1997-99 : juriste chez [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous