L'assurance vie britannique dans la tourmente

Par - Publié le

Frappé par une série d'évolutions, le secteur de l'assurance vie outre-Manche doit trouver les moyens de rééquilibrer son modèle économique.

À un an des élections générales britanniques, le budget annoncé le 19 mars par George Osborne, chancelier de l'Échiquier, fleurait bon l'appât à destination de l'un des piliers de la base électorale du Parti conservateur : les seniors. En décidant de ne plus rendre obligatoire l'achat de rentes viagères individuelles pour les retraités, George Osborne a joué la carte d'un libre marché dans lequel cette catégorie de clients peut désormais décider de disposer des fruits de sa retraite comme bon lui semble. Un coup dur pour les assureurs vie : selon Moody's, les rentes viagères individuelles représentent actuellement 50% en moyenne de la valeur des affaires nouvelles des assureurs britanniques. Aviva, Prudential et Legal et General, avec respectivement 20%, 17% et 11% du marché, en sont les principaux acteurs.

Après avoir accusé le coup de cette annonce inattendue, les experts ont cependant estimé que cette réforme ne faisait qu'entériner un mouvement de déclin plus lointain de la vente des rentes individuelles : ce secteur, qui représente 10% du marché de l'assurance vie britannique pour un engagement global de 253,6 Md€, a vu ses primes reculer à hauteur de 15% en 2013, à 14,4 Md€. Suite à la réforme, le marché pourrait ainsi encore se comprimer pour atteindre une taille comprise entre 1,2 et 4,82 Md€ au cours des dix-huit prochains mois, selon différentes analyses.

« Des ajustements et des opportunités »

De même, les profits des assureurs devraient également en pâtir : dans une note, Barclays estime que l'impact de ces mesures pourrait amputer les estimations de bénéfices annuels des acteurs concernés dans une fourchette comprise entre 0,5 et 3% pour l'année en cours, et entre 3 et 4% en 2018.

Néanmoins, les intéressés ont essayé de mettre un bémol à l'ampleur des modifications attendues. « Est-ce que tout a changé pour L et G à 13 h 20 le 19 mars [NDLR : jour de l'annonce du budget britannique] ? La question est probablement non », faisait valoir Nigel Wilson, directeur général de L et G, lors d'une conférence organisée par Morgan Stanley fin mars. « La fin de l'achat obligatoire de rentes individuelles va signifier des ajustements pour nos opérations de retraite, mais pas autant que certains observateurs pourraient le penser. Cela crée des opportunités pour nos divisions d'épargne et de retraites ainsi que pour LGIM, nos opérations de gestion. »

Un report vers les « bulk annuities »

À l'occasion de la publication du budget, le chancelier de l'échiquier a annoncé l'augmentation du plafond d'épargne pour les ISA's, ces comptes d'épargne individuels à la fiscalité favorable outre-Manche, qui pourraient bénéficier d'un report de liquidités de la part des retraités. Les experts estiment que le marché des bulk annuities pourrait aussi être l'un des gros bénéficiaires de ce mouvement : ces rentes transférées directement des régimes de pension à prestations définies des entreprises dans les compagnies d'assurances, afin de réduire leurs risques, sont complètement séparées du marché des rentes individuelles. « À la marge, les acteurs des rentes individuelles pourraient se projeter plus agressivement dans le secteur des bulk afin de compenser la croissance », écrit Barclays dans une note.

D'ores et déjà, Prudential et L et G ont annoncé, fin mars, la conclusion d'un accord d'un montant de 3,59 Md£ (4,35 Md€) destiné à assurer les engagements du fonds de pension d'ICI, une ancienne société chimique britannique rachetée par le conglomérat néerlandais AkzoNobel en 2008.

Enquête du régulateur

Dans l'attente d'un redéploiement des ressources vers d'autres produits vie, les assureurs vont aussi devoir peser les conséquences des velléités du régulateur britannique. La FCA, qui présentait, fin mars, sa feuille de route pour 2014-2015, a confirmé le lancement d'une étude sous trois mois sur les polices vie conclues entre 1970 et 2000, et aujourd'hui fermées, pour vérifier qu'elles traitent le client de manière juste. S'en est suivi un mouvement de panique boursière provoqué par l'incertitude sur l'étendue de cet examen.

Pour Abid Hussain, analyste chez Société générale, les soubresauts rencontrés ces dernières semaines par le secteur de l'assurance vie devraient accentuer le mouvement de restructuration en cours : « Des économies de coûts significatives seront délivrées, et il reste encore un grand nombre de cellules opérationnelles à restructurer, comme la gestion d'actifs, et dont le bénéfice doit se faire sentir. »

Sans attendre, Moody's a dégradé de stable à négative la perspective du secteur de l'assurance vie britannique, ainsi que les perspectives des notes de Prudential UK et de Legal et General, et des opérations vie et retraite d'Aviva au Royaume-Uni.

14,4 Md€

Le montant des primes de rente viagère individuelle en 2013, en recul de 15%.
Sources : Moody's, ABI

10%

Le poids des rentes viagères individuelles dans le marché vie-retraite britannique.
Sources : Moody's, ABI

David Masters, vice-président et analyste senior chez Moody's « Anticiper, pour compenser la perte potentielle »

« Nous pensions que le secteur de l'achat de bulk annuities allait augmenter cette année outre-Manche, avant même les changements intervenus dans le secteur des rentes individuelles en mars. Après l'annonce du budget britannique, nous anticipons qu'un plus grand nombre d'assureurs auront le désir de s'étendre dans cet espace afin de compenser la perte potentielle des opérations de rentes individuelles, ce qui, potentiellement, peut conduire à une pression sur les marges du secteur des bulk annuities. »

La réforme des retraites

À compter d'avril 2015, dès l'âge de 55 ans, les retraités pourront retirer des actifs de leurs fonds de retraite à leur discrétion et sans limite de plafond annuel. L'ensemble de ces retraits sera taxé à hauteur du taux marginal d'imposition des assurés, après abattement fiscal à hauteur de 25 %. Afin de ne pas laisser les retraités dans l'ignorance, un conseil gratuit leur sera offert pour choisir les meilleures options pour leurs retraites. Les rentes viagères restent naturellement une option d'achat possible, mais elles ne sont plus obligatoires.

Aviva, prudential et L&G concentrent près de la moitié du marché

Parts de marché des principaux assureurs vie britanniques dans le secteur des rentes individuelles en 2013, en%
Le marché britannique des rentes individuelles a reculé de 15% en 2013, à 11,9 Md£ (soit 14,4 Md€).



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous