La Fédération française de l’assurance adhèrera au Medef et à…

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

La future Fédération française de l’assurance (FFA), qui réunit sous un même toit la FFSA et le Gema, a tranché la question de ses adhésions à des mouvements employeurs. Une décision qui, certes, résout les débats politiques internes mais soulève des interrogations de fond sur sa mise en pratique.

Depuis le démarrage du chantier, la construction de la Fédération française de l’assurance (FFA), maison commune de l’assurance, repose sur un savant mélange d’équilibre des forces et de recherche du compromis politique.
Depuis le démarrage du chantier, la construction de la Fédération française de l’assurance (FFA), maison commune de l’assurance, repose sur un savant mélange d’équilibre des forces et de recherche du compromis politique.

La loi de l’équilibre. Depuis le démarrage du chantier, la construction de la Fédération française de l’assurance (FFA), maison commune de l’assurance, repose sur un savant mélange d’équilibre des forces et de recherche du compromis politique. La composition des commissions de travail, du conseil de l’assurance ou encore du comité de présidence sont là pour l’attester. Il est un domaine où la recherche de l’équilibre l'a également emporté : celle de l’adhésion à un mouvement patronal..

Une adhésion en bloc... et individuelle

A ce stade de la construction, les statuts de la FFA sont formels : il est explicitement mentionné que l’ensemble adhérera en bloc au Medef… et à l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes). Libre ensuite à chacune des 279 membres de la maison commune de cotiser individuellement ou non au Medef et à l’Udes.

Ce compromis vise à la fois à garantir une adhésion unique de la FFA au Medef, à l’instar de l’actuelle FFSA dans le mouvement dirigé par Pierre Gattaz, mais aussi à faire taire les voix de quelques mutualistes ne voyant pas d’un très bon œil la représentation de leur famille au Medef.

Medef et Udes : une usine à gaz ?

Voilà pour les principes généraux. Dans les faits, cette belle mécanique politique et syndicale pourrait bien se gripper très vite. Certaines voix internes n’hésitent d’ailleurs pas à faire part de leur scepticisme. « Dans l’hypothèse où cela se concrétiserait, cela ne me parait pas viable. Cela nécessiterait des acrobaties incroyables », confie une source à l’Argus. Et d’ajouter : « Une entité qui incarne toutes les forces vives de l’assurance ne peut pas négocier avec deux syndicats employeurs assez opposés. »

Au plan institutionnel, d’autres redoutent des « grands écarts redoutables » au sein de la FFA en cas de désaccords profonds sur des textes de loi.

Comparaison n’est pas raison

Sans compter que le Medef et l’Udes partagent assez peu de points communs. Principale différence et non des moindres : celle du statut. Le Medef est considéré comme une organisation interprofessionnelle au même titre que la CGPME ou l’Union professionnelle artisanale (UPA) alors que l’Udes se classe dans les organisations dites « multiprofessionnelles » tout comme la FNSEA ou l’Union nationale des professions libérales (UNAPL), une terminologie instaurée par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle.

A titre d’exemple, le Medef participe aux négociations sur les accords nationaux interprofessionnels (ANI) là où l’Udes n'est que consultée.

Une différence de taille

Autre opposition : celle de la taille. Le Medef compte plus de 700 000 adhérents dont 70% d'entreprises de moins de 50 personnes en sus de l’adhésion de 600 syndicats professionnels dont la FFSA constitue la troisième force. A ce titre, Bernard Spitz, son président, pilote la commission International du mouvement.

De son côté, l’Udes ne regroupe « que » 25 groupements et syndicats d’employeurs (associations, mutuelles, coopératives) et 14 branches et secteurs professionnels. Avec près de 70 000 entreprises, employant environ 1 million de salariés, l’UDES rassemble 80% des employeurs fédérés de l’économie sociale et solidaire.

Interprofessionels ou multiprofessionnels : quelles différences ?

Les organisations interprofessionnelles

  • Négocient les ANI
  • Etablissent et mettent en œuvre l’agenda social
  • Co-gèrent avec les organisations syndicales les organismes paritaires de protection sociale
  • Participent de la co-construction des politiques publiques

Les organisations multiprofessionnelles

  • Sont consultées dans le cadre des ANI
  • Participent de la mise en œuvre de l’agenda social
  • Sont associées aux instances multipartites de dialogue social national et territorial
  • Participent de la co-construction des politiques publiques

 


Bernard Spitz

Bernard Spitz

Président de la Fédération Française de l'Assurance (FFA)

Bernard Spitz est né en 1959 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). 1983 : diplôme en finance de l'ESSEC Business School. 1984 : diplôme en service public de Sciences Po. 1986 : diplôme de [...]

Lire la suite
Pierre  Gattaz

Pierre Gattaz

Président du Mouvement des entreprises de France (Medef)

Pierre Gattaz est né le 11 septembre 1959 à Boulogne-Billancourt. Diplôme de l’École nationale supérieure des télécommunications de Bretagne. Certificate in Administrative Management [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher