La FNMF se recentre sur ses missions stratégiques

Par - Publié le

,

,

,

,

La Mutualité française reconfigure ses équipes dirigeantes dans la perspective d'une réorientation stratégique. L'accent sera mis sur le lobbying et les outils technologiques au service des mutuelles.

Parallèlement aux débats et à la résolution largement marqués par la généralisation de la complémentaire santé et ses conséquences, la dernière assemblée générale de la Mutualité française (FNMF), qui s'est tenue le 6 juin, a coïncidé avec plusieurs nominations, élections et changements de postes.

Outre la création d'un poste de délégué général, qui sera occupé par Jean-Martin Cohen Solal, plusieurs figures du monde mutualiste évoluent à des postes clés (lire ci-dessous). Parmi ces personnalités, on relèvera en particulier l'arrivée à la vice-présidence de Stéphane Junique, déjà membre du bureau de la FNMF, dont on entend parler comme d'un homme « qui monte ». Les évolutions des missions des uns et des autres correspondent également à celles de la fédération.

 

Investissement dans les systèmes d'information

« Avec les restructurations et la diminution du nombre de mutuelles, certaines fonctions qui étaient hier fédérales sont aujourd'hui prises en charge par les mutuelles », explique Étienne Caniard, président de la FNMF. Il évoque une évolution du périmètre de la fédération, qui se réorienterait sur des missions plus stratégiques : « Nous souhaitons renforcer nos liens avec Bercy. » Il entend en particulier profiter du fait que la FNMF est maintenant représentée au Comité consultatif de la législation et de la réglementation financière (CCLRF).

Le président de la Mutualité française évoque également un investissement en matière de systèmes d'information : « Cela s'inscrit dans le cadre du développement des outils nécessaires au conventionnement, tant hospitalier qu'avec l'ensemble des professionnels de santé, et plus généralement pour développer notre capacité à mieux gérer le risque. »

 

Budget sous tension

Ainsi, Étienne Caniard répond à une critique souvent formulée par des mutualistes, selon laquelle la FNMF aurait quelque peu manqué le virage des « outils ». En contrepartie, la fédération devrait progressivement réduire son investissement dans certains services comme la prévention.

Ces évolutions interviendront dans un cadre budgétaire sous tension, puisqu'il est question de diminuer le budget de la fédération. D'ici à 2016, cette dernière va en particulier réduire la cotisation que lui versent les mutuelles par adhérent. Son montant, qui s'élève actuellement à environ 6,08 €, passera à 5,90 €. La cotisaiton finance les différentes instances et missions, comme le siège parisien, les unions régionales ou encore le fonds de développement des services de soins et d'accompagnement mutualistes (SSAM - centres de santé, dentaires, cliniques, soins de suite et réadaptation, etc.).

Des hommes clés qui évoluent

  • JEAN-MARTIN COHEN SOLAL Âgé de 63 ans, directeur général depuis 2009, Jean-Martin Cohen Solal est nommé en qualité de délégué général FNMF à compter du 1er juillet. Médecin généraliste depuis 1977, il a exercé à partir de 1981 en tant que délégué général du Comité français d'éducation pour la santé (devenu l'Inpes). Il a été conseiller santé auprès de nombreux ministres, avant de diriger, de 1986 à 1990, plusieurs agences de conseil spécialisées dans la santé. Il rejoint la FNMF en 1996, comme directeur de la communication avant d'accéder à la direction générale en 2009.
  • EMMANUEL ROUX Âgé de 44 ans, Emmanuel Roux devient directeur général de la FNMF après avoir exercé depuis novembre 2011 la fonction de directeur général adjoint. Agrégé et titulaire d'un doctorat en philosophie, ancien élève de l'ENA, il commence son parcours professionnel à la Cour des comptes, en 2004, avant d'être nommé en 2007 en tant que conseiller référendaire. En 2008, il est chargé de mission auprès du secrétaire général des ministères des Affaires sociales pour la mise en place des Agences régionales de santé (ARS).
  • ROLAND BERTHILIER Âgé de 57 ans, Roland Berthilier est élu en qualité de secrétaire général de la Mutualité française, en remplacement de Jean-Philippe Huchet, qui n'a pas souhaité se représenter. Roland Berthilier a exercé dans l'enseignement de 1976 à 1999 et milité parallèlement à la Mutuelle générale de l'Éducation nationale (MGEN), dont il est devenu administrateur en 1995, avant d'être nommé en 1999 au poste de secrétaire général, puis de secrétaire général en 2005.


Etienne Caniard

Etienne Caniard

Président de la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF) de 2010 à 2016

Etienne Caniard est né en 1952 à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine. Maîtrise de sciences économiques de l'Université Paris I-Panthéon Sorbonne. Diplôme de l'Ecole nationale [...]

Lire la suite
Emmanuel Roux

Emmanuel Roux

Directeur général du groupe Aesio

Emmanuel Roux est né en 1969. Agrégé et docteur en philosophie. Études à l’École Nationale d’Administration (ENA). 2004-07 : auditeur affecté à la 6e chambre, [...]

Lire la suite
Roland  Berthilier

Roland Berthilier

Président de la MGEN (groupe Vyv) et vice-président de la Mutualité française

Roland Berthilier est né en mai 1955. 1976-99 : instituteur, professeur d'enseignement général de collège, professeur certifié, principal-adjoint de collège puis [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous