La gestion des risques au cœur du congrès des Jeunes agriculteurs

Par - Publié le

,

Le syndicat agricole critique l’inadaptation des garanties assurantielles à leurs besoins.


GETTY IMAGES

A l’ordre du jour de la 51ème édition du congrès national des Jeunes agriculteurs, qui s’est achevé jeudi 8 juin après trois jours de rassemblement à Dunkerque, figurait le rapport d’orientation 2017 dans lequel il est largement question de la gestion des risques. C’est un sujet transversal, qui concerne autant les problèmes sanitaires et  environnementaux, que la qualité des marchandises, et les productions, y compris l’élevage. Autre risque abordé dans le rapport d’orientation,  le risque « humain et social », c’est-à-dire, le risque lié à l’entente avec un associé, un salarié, un voisin ou encore à la situation familiale.

Des franchises trop élevées

Côté assurance, les agriculteurs pointent du doigt les seuils de déclenchement et le taux de franchise trop élevé (30%), ainsi que la référence de rendement à la moyenne des cinq dernières années qui leur semble inadaptée, et le coût trop important de certaines couvertures.

L’assurance récolte à revoir

Ils souhaiteraient également revoir le système de l’assurance récolte, qu’ils jugent impossible à financer individuellement en cas de grosse catastrophe. Dans leur rapport, les jeunes agriculteurs proposent un groupement pour une assurance mutualiste agricole (Gama). Ce groupement pourrait élaborer en lien avec l’État et les assureurs (privés) un plan national de gestion des risques. Mais pour les agriculteurs, la meilleure des gestions des risques, c’est un prix rémunérateur...Et une bonne assurance, comme l'explique Jérémy Decerle, président du syndicat des Jeunes agriculteurs.

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher