Les libéraux toujours en guerre contre la réforme des retraites

Par - Publié le

,

,

Alors que l’article 32 du projet de loi sur les retraites devait être examiné ce 5 novembre au Sénat, l’Union nationale des professions libérales (Unapl) et la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL) demandent au gouvernement «d’agir dans le consensus pour éviter une crise» et lui proposent ainsi de modifier l’article 32.

Un contrôle contesté

Depuis la présentation de la réforme le 27 août dernier, cet article fait en effet débat au sein des professions libérales. Celui-ci prévoyait notamment la nomination par arrêté ministériel du directeur de la CNAVPL, jusqu’ici désigné par le conseil d’administration du régime de base.

«Cet article est inacceptable, car il remet en cause l’autonomie totale de nos régimes complémentaires obligatoires», s’insurgeait Chantal Tisserant, vice-présidente de l’Unalp dans l’Argus de l’assurance du 20 septembre dernier. «Les enjeux de la gouvernance de la CNAVPL sont un sujet trop sérieux pour être réglé autrement que dans un esprit de consensus entre les 800 000 professionnels libéraux et le gouvernement», ajoutent aujourd'hui Jacques Escourrou, président de la CNAVPL et Michel Chassang, président de l’UNAPL dans un communiqué commun.

une nomination par décret

Les deux présidents proposent au gouvernement de «procéder à la nomination du directeur de la CNAVPL par décret, mais sur la base d’une liste de trois noms établie par le conseil d’administration de la CNAVPL, où siègeront désormais 6 membres des syndicats professionnels représentants les professionnels libéraux, UNAPL et CNPL». S’ils n’étaient finalement pas entendus, les deux présidents ne comptent pas baisser les bras et prévoient déjà de demander la suppression de l’article 32



Effectuer une autre recherche

Rechercher