Blockchain : 14 assureurs testent une première plateforme d’échange de données

Par - Publié le

,

Les membres du groupe de travail Blockchain de la commission numérique de la Fédération Française de l’Assurance (FFA) testent le déploiement de cette technologie pour la résiliation loi Hamon des contrats auto et MRH.

La Blockchain, c’est-à-dire la technologie de registre distribué qui permet l’échange sécurisé d’information sans tiers de confiance, promet de bouleverser le monde de l’assurance, comme de nombreux secteurs. Au sein de la commission numérique de la Fédération Française de l'Assurance (FFA), le groupe de travail dédié à la Blockchain lance une première expérimentation.

Menée par quatorze assureurs, celle-ci a pour objectif d’optimiser les échanges de données qui ont lieu quotidiennement entre les assureurs. Cette plateforme inter-assureurs, construite avec l’aide du cabinet Deloitte et de l’éditeur Stratumn, est testée pour les résiliations loi Hamon des contrats auto et MRH.

Un très bon niveau de sécurité

« Le prototype a permis d’approfondir plusieurs enjeux connexes comme la gouvernance de la Blockchain, les aspects juridiques, l’identification des cas d’usage pour le secteur, etc. La technologie Blockchain semble apporter un très bon niveau de sécurité dans les échanges de données entre assureurs. Elle est bien adaptée à des cas d’usage BtoB, résiste à la montée en charge, réduit le coût de traitement des dossiers et autorise une variété d’applications additionnelles », commente la FFA. Une « initiative pionnière » pour le secteur. Ce prototype avait été présenté par Bernard Spitz, le président de la FFA, lors du 11e congrès de l'assurance digitale organisé ce jeudi 9 novembre par l'Argus de l'assurance (voir ci-dessous).

 

 


Soyez le 1er à réagir







Effectuer une autre recherche

Rechercher