Présidentielle 2017 : Bernard Spitz et Pascal Demurger soutiennent Emmanuel Macron

Par - Publié le

,

,

,

,

Le président de la Fédération Française de l’Assurance appelle, à titre personnel, au « sursaut de la France », dans une tribune sur Le Cercle des Echos.


LAETITIA DUARTE

Après Claude Bébéar, l’ancien PDG d’Axa, qui a pris position en faveur d’Emmanuel Macron, c’est au tour du président de la Fédération Française de l’Assurance (FFA) Bernard Spitz d’afficher son soutien au candidat d’En marche !. Dans une tribune publiée au lendemain du premier tour sur Le Cercle des Echos, Bernard Spitz, qui s'exprime à titre personnel, estime que ces résultats marquent « à la fois la fin d’un cycle et le début d’une nouvelle ère pour la France », plébiscitant le « sursaut pour la France » qu’incarne selon lui Emmanuel Macron.

"Une France offensive dans une Europe rénovée"

Le président de la FFA n’est d’ailleurs pas le seul à prendre position, le président de la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF) Thierry Beaudet appelant lundi 24 avril à « faire barrage au Front National ». Pour Bernard Spitz, membre des Gracques, le think tank social-libéralle choix est clair : d’un côté, « le mur identitaire dressé contre l’Union Européenne » incarné par Marine Le Pen ; de l’autre, « l’aspiration à une France offensive dans une Europe rénovée », incarnée par Emmanuel Macron.

"Une puissante onde positive"

Et de citer les qualités du candidat d’En Marche ! : « jeune, connaissant l'entreprise, parlant l'anglais, maîtrisant les nouvelles technologies », il « incarnerait l’antithèse de ceux qui l’ont précédé ». Une rupture générationnelle mais aussi politique et institutionnelle, consacrant « l’affirmation d’une force réformiste centrale ».

Emmanuel Macron pourrait déclencher « une puissante onde positive », redorant le blason de la France à l’étranger, estime encore Bernard Spitz. « Les marchés regarderaient autrement un pays enfin tourné vers l'avenir, ayant renversé la table de la plus belle des façons, c'est-à-dire en donnant le pouvoir à sa jeunesse », relève le président de la FFA. Et de conclure cette tribune par un « Yes we can », en écho au slogan de l’ex-président démocrate Barack Obama qui avait « souhaité le meilleur » à Emmanuel Macron deux jours avant le scrutin.

Le directeur général de la MAIF et vice président de la FFA Pascal Demurger a également exprimé son soutien à Emmanuel Macron à titre personnel sur son compte Twitter.

 


Bernard Spitz

Bernard Spitz

Président de la Fédération Française de l'Assurance (FFA)

Bernard Spitz est né en 1959 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). 1983 : diplôme en finance de l'ESSEC Business School. 1984 : diplôme en service public de Sciences Po. 1986 : diplôme de [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher