Risques naturels : Ségolène Royal renforce l’arsenal de la prévention

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

En déplacement à Marseille à l’occasion de la troisième édition des Assises nationales des risques naturels, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, a dévoilé des mesures de prévention des catastrophes naturelles. Objectif  : renforcer la culture du risque et éviter de voir se reproduire le bilan mortel des inondations du Sud-Est en octobre 2015.

 

En France, 17 millions d’habitants et 9 millions d’emplois sont actuellement situés en zone potentiellement inondable par débordement de cours d’eau tandis qu’1,5 million d’habitants et 20% de maisons de plain-pied se trouvent en zones submersibles le long du littoral.
En France, 17 millions d’habitants et 9 millions d’emplois sont actuellement situés en zone potentiellement inondable par débordement de cours d’eau tandis qu’1,5 million d’habitants et 20% de maisons de plain-pied se trouvent en zones submersibles le long du littoral.

Procédures d’urgence trop lentes, dispositifs d’alerte de la population défaillants, plans de prévention des risques naturels (PPRN) absents ou longs en mettre en œuvre… L’appropriation du risque par les individus et les acteurs de la prévention des risques naturels - collectivités territoriales, services de l’Etat, assureurs, experts, bureaux d’études, chercheurs… - est encore perfectible.

Les violentes intempéries survenues en Côte d’Azur en octobre 2015, marquées par la mort de 20 personnes et une facture de près de 600 M€ pour le secteur de l’assurance, ont d’ailleurs révélé les lacunes des dispositifs de prévention. Ce contexte a notamment inspiré le thème des troisièmes Assises nationales des risques naturels qui se tiennent les 22 et 23 mars 2016 à Marseille : « Mieux connaître le risque auquel on est exposé et savoir s’y préparer, c’est la responsabilité de tous ! ». Durant deux jours, experts, scientifiques, (ré)assureurs (via la Mission des risques naturels et la Caisse centrale de réassurance - CCR) vont tenter d’améliorer les actions de prévention des parties prenantes, du citoyen à la collectivité locale.

Une commune sur deux vulnérable

D’autant que l’exposition des zones urbaines aux catastrophes naturelles est loin d’être neutre en France. « Aujourd’hui, les deux tiers des 36 000 communes françaises sont exposées de façon plus ou moins marquée à au moins un risque naturel », souligne le ministère de l’Environnement. Dans le détail, environ une commune sur deux est vulnérable aux inondations contre 11 000 aux mouvements de terrain. Plus de 21 000 villes sont concernées par le risque sismique.

Rapportée à la population, le chiffre est encore plus saisissant. En France, 17 millions d’habitants et 9 millions d’emplois sont actuellement situés en zone potentiellement inondable par débordement de cours d’eau tandis qu’1,5 million d’habitants et 20% de maisons de plain-pied se trouvent en zones submersibles le long du littoral.

Information, formation et soutien financier

« J'ai décidé de déclencher une campagne d'information massive spécifique aux départements littoraux de l'arc méditerranéen (...) pour anticiper la saison cévenole de l'automne prochain », a déclaré Ségolène Royal, lors de son discours d'ouverture. Ces épisodes climatiques, récurrents entre août et octobre, peuvent provoquer d’importantes crues et coulées de boue dans le Sud de la France.

Depuis fin février, les alertes Météo France sont complétées par le dispositif « vigicrues » pour prévenir l’arrivée d’un évènement climatique. « Outre les médias, la campagne doit être relayée sur les réseaux sociaux et sur les applications mobiles pour que chacun garde un haut niveau de vigilance », précise la ministre de l’Environnement. Plusieurs des victimes des intempéries du 7 octobre 2015 étaient décédées en descendant dans leur parking pour sortir leur voiture.

La ministre compte également « lancer des actions de formation pour les élèves des 700 collèges des quatre académies qui bordent la Méditerranée », soit près de 400 000 collégiens. Enfin, Ségolène Royal consacrera une enveloppe d’1 M€ à l'aide aux communes situées dans les 122 territoires à risque important d'inondation dans toute la France « qui seraient prêtes à se mobiliser pour des actions innovantes de sensibilisation et d'information de la population ».

Plans de prévention des risques naturels : Où en est la France ?

Les plans de prévention des risques naturels (PPRN) sont le principal outil de prévention réalisé par l’Etat pour les communes à risque. En octobre, l’Argus avait révélé que 14 des 32 communes issues de l’arrêté cat’nat’ n’avaient pas de PPRN.

Fin 2015, près de 11 000 communes sont couvertes par un PPRN approuvés dont près de 9000 par un plan de prévention du risque inondation.

Sur le littoral français, 270 plans de préventions des risques ont été prescrits et 84 approuvés ou appliqués par anticipation.


Effectuer une autre recherche

Rechercher