Soins dentaires : le syndical FSDL rencontre l’Unocam

Par - Publié le

,

,

,

A un peu plus d’un mois des élections professionnelles, la Fédération des syndicats dentaires libéraux a souhaité rencontrer l’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire.

Main tendue ou simple électoralisme ? Alors que les élections professionnelles aux Unions régionales de professionnels de santé (URPS) doivent se tenir le 7 décembre prochain, la Fédération des syndicats dentaires libéraux (FSDL) a demandé à rencontrer l’Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire (Unocam). Et à l’issue de cette réunion qui a eu lieu jeudi 29 dans l’après-midi, les deux interprétations restaient possibles.

Pas opposée à la loi Le Roux

Malgré un contentieux avec la plate-forme Santéclair, les dirigeants de la FSDL ont déclaré à l’Unocam qu’ils n’étaient pas opposés la loi dite Le Roux, qui régit les réseaux de soins des organismes complémentaires. Un propos qui apparait comme un signe d’apaisement alors que de nombreux professionnels de santé restent vent debout contre les réseaux et que le député Les Républicains Daniel Fasquelle a annoncé le dépôt d’une proposition de loi visant à interdire l’ensemble des réseaux. L’émergence de centres dentaires low-cost, auxquels les complémentaires santé ne sont pas non plus favorables, pourrait expliquer une position syndicale plus conciliante et pragmatique à l’égard des réseaux. En revanche, la FSDL a réaffirmé son opposition au tiers-payant, pratique qui a cours dans les réseaux.

Pour la FSDL, cette rencontre s’inscrivait aussi dans la perspective des négociations conventionnelles tripartites entre l’assurance maladie obligatoire, complémentaire et les syndicats professionnels qui devraient se tenir au second semestre 2016. A l’instar de ses homologues, la FSDL souhaite dans ce cadre une revalorisation des soins conservateurs, avec une forte implication des complémentaires santé – sachant que l’assurance maladie n’aura pas grand-chose à mettre sur la table.

Futur numéro un ?

Dans cette perspective, la FSDL a insisté sur la prévention, exprimant des attentes fortes en matière de remboursement amélioré pour des consultations de prévention. Elle a dit aussi envisager la suppression de l’opposabilité tarifaire de certains soins, avec en contrepartie un contrôle de la qualité sous la responsabilité d’une nouvelle structure qui rassemblerait professionnels de santé et financeurs. Aucun chiffrage n’a cependant été avancé ni d’un côté ni de l’autre.

Deuxième force syndicale devant l’Union des jeunes chirurgiens-dentistes (UJCD) aux dernières élections professionnelles de 2010, la FSDL a clairement voulu poser des jalons face à l’Unocam : elle s’est affirmée en position de ravir la première place à la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), avec qui l’Unocam a signé une charte de bonnes pratiques et entretient des contacts réguliers.



Effectuer une autre recherche

Rechercher