Syndicats du courtage : la course aux sièges

Publié le

,

,

,

,

,

,

Dans deux mois, le monde du courtage devrait compter un syndicat de plus, Anacofi Assur, dédié aux CGPI pour leur activité d’assurance. Cette création pourrait susciter une rivalité dans un contexte déjà troublé par l’unification avortée de la Chambre syndicale du courtage français.


dr

Nouveau rebondissement pour le courtage. Après l’échec de son unification fin 2014 avec le refus du Syndicat des courtiers d’as­surances d’Île-de-France (Sycarif) et le départ du Syndicat 10, l’union des courtiers grossistes, la Chambre syndicale du courtage français (CSCA) est confrontée à l’arrivée d’un nouvel acteur, au moment où elle cherche à maintenir le rassemblement.

« On ne peut pas imaginer un seul instant que la CSCA ne soit plus une force de proposition et de négociation », avait insisté Hervé Houdard, président de la CSCA, lors des 23e rencontres de l’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (Amrae). Il précisait ainsi : « Je reste assez persuadé que si tout rentre dans l’ordre, le Syndicat 10 reviendra, car ce sont des courtiers comme nous. Donc, je n’ai pas trop de souci là-dessus. » Sans oublier de mentionner les excellentes rela­tions de la CSCA avec les autorités, à Bercy ou à Bruxelles.

Aussi, après l’annonce de la création de l’Anacofi Assur, le 19 mars lors de la convention annuelle de l’Association nationale des conseils finan­ciers (Anacofi), Hervé Houdard a-t-il immédia­tement ouvert la porte à la nouvelle venue. « Il est très important pour notre métier que le courtage sous toutes ces formes soit ras­semblé et uni. »

La création d’un syndicat dédié au courtage à l’Anacofi n’est pas une surprise. L’asso­ciation réitère sa démarche de 2012 pour les conseils en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) courtiers en crédit avec l’Anacofi-IOBSP (intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement) et de 2013 pour les CGPI agents immobiliers avec l’Anacofi-Immo. « Les branches professionnelles ne connaissent pas les CGPI, mais les conseils en investissements financiers (Cif), les IOBSP ou les courtiers en assurances. Or, pour assurer cette repré­sentativité au quotidien, il fallait créer un syndicat spécifique », a ainsi justifié le président de l’Anacofi, David Charlet.

Entrer partout

Car, depuis sa création il y a onze ans, l’Anacofi a mesuré l’importance de la présence dans les instances représentatives (lire ci-dessous) pour défendre les intérêts de la profession, et elle ne cache pas ses ambitions : « Nous sommes, toutes organisations confondues, la plus grande association professionnelle d’intermédiaires financiers », selon David Charlet. Pour obtenir un siège de titulaire à l’Orias (le registre des inter­médiaires), l’association est allée jusqu’à saisir le Conseil d’État pour annuler les statuts de l’organisme. « Nous ferons cela dans toutes les instances où nous devons avoir notre place », a averti David Charlet.

L’Anacofi, qui siège aussi au Comité consultatif du secteur financier (CCSF) depuis mi-2014, veut accroître sa présence dans d’autres instances : « Notre volonté est d’avoir une représentativité suffisante dans le courtage d’assurance vie, voire au-delà », affirme son président. S’il est reconnu comme syndicat représentatif du courtage, il pourrait notamment négocier des accords de branche. Le futur syndicat veut être aussi plus visible aux yeux de l’ACPR : l’Anacofi n’est pour l’heure reconnue que par l’AMF, son autorité de tutelle. Une aberration, alors que l’assurance pèse plus de la moitié du chiffre d’affaires de ses adhérents. Enfin, l’Anacofi n’exclut pas de participer à une unification du courtage, à condition d’y « représenter toute notre place », selon David Charlet.

L’assemblée générale entérinant la création de l’Anacofi Assur, dont l’adhésion sera facultative, devrait être convoquée sous deux mois au plus tard. Le prochain enjeu sera donc d’en connaître le nombre d’adhérents, donc le poids, pour sa première année d’existence.

Carole Molé-Genlis et Haude-Marie Thomas

CSCA : plus de 1 000 adhérents et 22 000 salariés. 70% du chiffre d’affaires du courtage.

La CSCA siège :

– à l’Organisme pour le registre des intermédiaires en assurance (Orias) ;

– au Comité consultatif du secteur financier (CCSF) ;

– à l’Institut de formation de la profession de l’assurance (Ifpass).

Elle adhère :

– à l’Agefos-PME

– à la Fédération européenne des intermédiaires d’assurances (Bipar).

Anacfi : 2 500 adhérents (5 000 via les associations confédérées) et 40 000 salariés représentés. 83% des adhérents sont courtiers en assurances.

L’Anacofi siège au titre de Cif :

– à l’Orias, en alternance un an sur deux avec la Chambre nationale des conseillers en gestion de patrimoine (CNCGP) ;

– à la CCSF ;

– à la Fédération européenne des conseils et intermédiaires financiers (Fecif).

Elle adhère à la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME), en tant que syndicat de branche de la finance indépendante et du conseil patrimonial.

David Charlet, président de l'Anacofi

«Parmi les entreprises adhérentes de l’Anacofi, 83 % sont des courtiers en assurances... Or nous avons besoin d’une représentativité au sein des organes institutionnels dans ce domaine du courtage en assurances, qui représente plus de la moitié du chiffre d’affaires des adhérents conseils en gestion de patrimoine indépendants. En 2015, nous continuerons à nous installer tranquillement à l’intérieur des organes institutionnels.»

Hervé Houdard, président de la CSCA

«C’est une bonne chose de créer cette structure à l’intérieur de l’Anacofi, car cela répond à des demandes récurrentes des CGPI, sollicités par leurs clients pour des produits d’assurance. Il n’y a pas de concurrence entre cette nouvelle structure et la CSCA, car je ne vois pas les courtiers “classiques” adhérer à l’Anacofi Assur. Si, demain, cette dernière demande à rejoindre les rangs de la CSCA – ce que je souhaite vivement, mais la démarche leur appartient – nous les accueillerons. Toutefois, il faut aussi leur laisser le temps de mettre en place cette nouvelle structure.»



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous