Tiers payant : le dispositif sera « généralisable » courant 2018

Par - Publié le

,

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a déclaré ce jeudi matin que le tiers payant sera « généralisable (…) dans le courant de l’année 2018 ». Généralisable, donc facultatif, et non plus généralisé comme précédemment souligné.

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn veut généraliser le tiers payant courant 2018, mais de manière finalement facultative.
La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn veut généraliser le tiers payant courant 2018, mais de manière finalement facultative.
Ministère des Solidarités et de la Santé

Quatre lettres qui font la différence. La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, était ce matin l’invitée de la matinale de CNews, où elle est notamment revenue sur le calendrier de la généralisation du tiers payant. Un dispositif qui sera « généralisable » courant 2018, alors qu’elle soulignait en juillet dernier qu’il serait « généralisé ».

Cette évolution de langage n’est en réalité pas inédite : la ministre expliquait en effet sur l’antenne de France Inter le 11 juillet qu’il serait « généralisé » alors que, dans sa feuille de route (et dans le programme d'Emmanuel Macron), revenait déjà le terme « généralisable »…

Un outil « qui ne fonctionne pas »

Les tergiversations sur le sujet du tiers payant ne sont, elles non plus, guère nouvelles. La réforme de la généralisation, mesure-phare de l’ancienne ministre de la Santé Marisol Touraine, a rencontré deux principaux obstacles : une forte opposition des médecins libéraux et la décision du 21 janvier 2016 du Conseil Constitutionnel d’exclure les complémentaires santé du champ de la réforme.

Conjointement, l’Assurance maladie, l’inter-AMC, association regroupant les trois familles de complémentaire santé (FNMF, FFA et CTip) et les principaux opérateurs de tiers payant regroupés au sein de de l’association pour l’accès aux soins (3AS) travaillent depuis cette date à mettre en place un dispositif permettant de remplir l’objectif de généralisation tout en n’impactant pas les médecins libéraux, craignant de leur côté une mesure chronophage et porteuse de risques d’impayés.

« Le tiers payant va se développer dès qu’il fonctionnera », a toutefois expliqué Agnès Buzyn, déplorant un « outil qui ne fonctionne pas ». Pas question, toutefois, d’enterrer purement et simplement la réforme du tiers payant : la ministre a d’ailleurs rappelé la mission en cours de l’inspection générale des affaires sociales (Igas) pour améliorer « en pratique » ce dispositif.



Effectuer une autre recherche

Rechercher