Agents généraux : Agéa amorce sa transformation

Par - Publié le

,

,

,

,

,

Elus il y a un an à la tête de la fédération des syndicats d’agents généraux (Agéa), Patrick Evrard et son équipe ont engagé d’importants chantiers. Si le rythme des travaux se maintient, agents généraux et syndicats auront à leur service une organisation professionnelle transformée.

Le comité directeur d'Agéa a lancé au cours de l'année qui vient de s'écouler, plusieurs projets structurants pour la fédération des agents généraux.
Le comité directeur d'Agéa a lancé au cours de l'année qui vient de s'écouler, plusieurs projets structurants pour la fédération des agents généraux.

Un an s’est écoulé depuis l’élection de Patrick Evrard et de son équipe à la tête d’Agéa, la fédération des syndicats d’agents généraux. Douze mois pendant lesquels les membres du comité directeur et les groupes de travail constitués après l’élection n’ont pas perdu de temps comme le montre le bilan d’étape réalisé lors de l’assemblée générale de la fédération qui se tenait le 15 juin 2016 à Paris.

Premières réalisations : la création de deux nouvelles structures au sein de la fédération. La première Agéa RH, déjà lancée, propose aux adhérents des services de gestion de paie et d’aide au recrutement de collaborateurs. La seconde, Agéa Digital, en cours de création, a vocation avec l’appui d’une start-up à accompagner les agents dans l’adoption des nouvelles technologies.

D’autres part, les réflexions engagées au sein des groupes de travail commencent à se concrétiser et le plan d’une organisation professionnelle modernisée se dessine.

Décrypter les textes pour mieux aider les agents

Le groupe de travail « intermédiation » piloté par Bruno Pelissier a passé en revue les différents textes qui encadrent le métier d’agent général – décret de 1996, convention nationale, accords contractuels, traités de nomination – avec pour objectif d’apporter des réponses aux questions que peuvent se poser individuellement les agents, mais aussi les syndicats dans leurs relations avec les compagnies d’assurance.

A l’issue de cet examen, cinq notes ont été produites et diffusés aux présidents de syndicat. « Certaines de ces notes correspondent à des problématiques générales – hiérarchie des textes par exemple -, d’autres à des cas concrets et trois autres sont en préparation », indique Bruno Pelissier, président adjoint d’Agea qui pilote ce groupe de travail, aussi en charge du suivi des évolutions réglementaires (Solvabilité, directive sur la distribution d’assurances).

Prendre du recul par rapport au digital

Autre sujet d’attention pour la fédération : le devenir du métier à l’ère du digital, un thème exploré par le groupe de travail animé par Pascal Chapelon, président de Réussir, le syndicat des agents Axa. Sa mission a débuté par un inventaire des pratiques et des outils existant au sein des réseaux ainsi que des rencontres avec des agents récemment nommés « pour comprendre leur vision du métier ».

Cet état des lieux se poursuit avec le lancement d’une étude auprès des adhérents dont les résultats seront présentés en octobre. « L’objectif est de savoir, par exemple, si le digital permet d’améliorer la productivité et d’accroître les apports nets de contrats, et comment s’organiser pour cela », précise Pascal Chapelon. Autre initiative programmée : des rencontres avec des start-up pour identifier des outils pouvant être utiles aux agents, notamment en matière de traitement de données. « Si les compagnies n’investissent pas suffisamment dans de nouveaux outils pour leur réseau, peut-être devrons-nous les fournir, la question pourra se poser un jour », selon Pascal Chapelon.

Simplifier l'architecture de la fédération

En parallèle, la fédération a lancé des réflexions sur la simplification de ses structures. Le groupe de travail qui se consacre à cette mission, piloté par Emmanuel Gaboriau, président adjoint d'Agéa, a commencé à esquisser un schéma d’organisation coïncidant avec la nouvelle carte des régions en France. Une configuration qui aura des incidences sur les 93 chambres locales et 24 chambres locales existantes.

« Rien n’est figé à ce stade, rappelle Patrick Evrard, président d’Agéa, mais mon objectif est de soumettre au vote une réforme statutaire en juin 2017. » Autre projet annoncé : l’ouverture de l’assemblée générale annuelle à l’ensemble des syndicats et membres de bureaux localement, ou encore la création d’un nouveau groupe de travail sur la valeur ajoutée des agents généraux.



Effectuer une autre recherche

Rechercher