Agents généraux : Allianz France et son réseau placent la barre toujours plus haut

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Lors du congrès annuel de Mag3, leur syndicat, qui se tenait à Lyon les 19 et 20 mai 2016, les agents généraux Allianz, tout comme la direction de la compagnie, ont affiché de fortes ambitions pour l’avenir du réseau. Reste à accorder leurs exigences sur certains sujets pratiques.

Lors du congrès de Lyon, Allianz France et le syndicat des agents, Mag3, ont confirmé leur volonté d'aller plus loin en matière d'innovation.
Lors du congrès de Lyon, Allianz France et le syndicat des agents, Mag3, ont confirmé leur volonté d'aller plus loin en matière d'innovation.

Le président du syndicat Mag3, Christian Reydet, et son équipe n’ont pas chômé depuis leur élection il y a un an. Les initiatives présentées aux agents généraux Allianz lors du congrès de Nantes en 2015 se sont concrétisées.

« Jump », le service d’accompagnement des agents généraux dans la formalisation et la présentation à la compagnie de leurs projets de développement (achat de portefeuille, recrutement, etc.) est opérationnel. Une trentaine de projets sont suivis dans le cadre de ce programme. Et la « charte d’excellence » destinée à favoriser l’entraide et le partage d’expériences entre agents a été signée par 800 des 1200 adhérents.

Au cours des douze derniers mois, le syndicat est aussi parvenu à faire passer quelques messages à la compagnie et au nouveau directeur de l’unité distribution, Franck Le Vallois. En témoignent, les « bonnes nouvelles » annoncées par ce dernier lors du congrès de Lyon des 19 et 20 mai 2016 auquel assistaient plus de 550 agents. Ainsi en assurance vie, le syndicat a obtenu de revoir l’accord d’intéressement avant son terme.

Des avancées sur des sujets concrets

En risque des particuliers, les agents Allianz ont plutôt bien résisté aux effets de la loi Hamon. Alors que les quatre principaux réseaux concurrents ont perdu entre 5 000 et 80 000 contrats selon les chiffres fournis par la compagnie, les agents Allianz affichent un solde net positif de 10 000 contrats en assurance automobile. En MRH, la situation est moins satisfaisante (- 4 500 contrats), « mais nous réfléchissons à des mesures de défense du portefeuille inspirées de celle que nous avons mises en place en automobile [ NDLR : baisse de franchise, par exemple ] », a affirmé Franck Le Vallois.

Si l’assurance collective s’avère un sujet de satisfaction sur le plan commercial avec 22 000 entreprises équipées en 2015 (soit 100 000 salariés), sur le plan de la gestion, la qualité n’est pas au rendez-vous. « La machine cafouille encore », résume Christian Reydet. La gestion constitue un sujet de préoccupation a reconnu Franck Le Vallois tout en précisant que les équipes étaient en train d’être renforcées. De plus, « un système de prélèvement automatique sera livré au dernier trimestre 2016 », a-t-il précisé.

Des améliorations encore attendues

Malgré ces avancées, il reste encore des sujets de crispation. La modernisation du système d’information, - un chantier d’envergure baptisé Global One qui ne sera pas achevé avant 2018 - et les désagréments qui en découlent, en font partie.Tout comme la cellule de vente directe « Allianz en ligne ». Censée intervenir en complément du réseau de conseillers salariés Allianz Expertise et Conseil, elle se révèle un quasi concurrent pour les agents. Selon Mag3, elle démarche des prospects avec des tarifs inférieurs à ceux pratiqués par le réseau, et intervient auprès des professionnels sur des activités réservées.

Par ailleurs, Christian Reydet s’est dit « très surpris que la collective soit exclue de la direction services clients » que vient de mettre en place la compagnie (lire ci-dessous). Quant aux mesures destinées à contrer les effets de la loi Hamon, le président du syndicat estime qu’il faut aller plus loin.

Il suggère par exemple de créer un « plan retour à la maison », un dispositif permettant de faire des offres aux personnes ayant résilié leurs contrats chez Allianz afin de renouer la relation commerciale. Et pour faciliter ces prises de contacts, il propose de créer « une plate-forme 100% dédiée aux agents, qui puisse être le puissant relais d’une politique de conquête ».

Devenir le meilleur réseau : une ambition commune

De nombreux points d’amélioration ont ainsi été listés lors de ce congrès annuel. Mais sur le fond, Allianz France et Mag3 affichent des ambitions communes et placent tous deux la barre très haut. « Surprenons. Démarquons-nous de nos concurrents », a lancé Christian Reydet. Et d’ajouter : « je souhaite que notre réseau soit leader » tout en précisant qu’il était prêt à accepter « des mutations indispensables, des expérimentations diverses, sans tabou, sans inertie. »

Cette volonté d’excellence et d’innovation résonne avec les objectifs fixés par la compagnie. « De la même manière que nous voulons être leader en satisfaction clients à l’horizon 2020, il faut que nous nous donnions pour objectif d’avoir le meilleur réseau d’agents en 2020, c’est à dire le réseau que les clients préfèrent », a indiqué Jacques Richier.

Selon le PDG d’Allianz France, les agents ont toute leur place dans un monde connecté, à condition qu’ils s’interrogent sur leur proposition de valeur et sur les attentes des clients vis-à-vis des points de vente et de leur personnel. « Il faut se poser ces questions, pour faire en sorte que le métier d’agents garde son attractivité et prenne encore plus de valeur. » Le prochain congrès de Mag3 apportera peut-être des réponses à ces questions.

 

Satisfaction clients et digital : les priorités d’Allianz France
Dans le cadre du plan 2015-2020 baptisé « innovation et confiance », Allianz France met notamment l’accent sur le digital et la satisfaction clients, deux sujets qui figurent aussi dans « l’agenda » d’Oliver Bäte, le patron du groupe.
Digital par défaut. La transformation engagée dès 2013 va continuer avec la modernisation en cours du système d’information, la poursuite de la dématérialisation des parcours clients, et de nouveaux produits. Une offre « maison connectée » devrait se concrétiser d’ici à la fin de l’année. Le réseau d'agents a déjà amorcé sa modernisation en adoptant le dispositif "multi-accès" de traitement des contacts issus d'Internet, mais il reste aux premières loges. « Désormais c’est le client qui choisit, il faut donc que le réseau d’agents s’approprie le digital, le chemin qu’on a pris est le bon, je voudrais qu’on accélère », a indiqué Jacques Richier.
Satisfaction clients. « Le client prend la main, il ne veut plus subir l’assurance. C’est à travers nos façons de travailler que nous devons lui faire oublier cette contrainte qu’est l’assurance », analyse Jacques Richier. De la même façon qu’il s’est doté d’une structure consacrée au digital il y a trois ans, l’assureur vient de créer une direction services clients dont la responsabilité a été confiée à Fabien Wathlé, épaulé par trois autres personnes. « Le seul objectif que je leur ai fixé est d’oeuvrer à améliorer la satisfaction clients », précise le PDG d’Allianz France.
Distribution. En lien avec la direction services clients, l’unité distribution désormais pilotée par Franck Le Vallois va lancer un vaste plan de transformation comprenant une quarantaine de projets. Les agents généraux par l’intermédiaire de leur syndicat, Mag3, seront associés à la conception de ce plan.


Effectuer une autre recherche

Rechercher