Le comparateur Check24 condamné à plus de transparence

Par - Publié le

,

,

Après la plainte de la Fédération allemande des agents d’assurance (BVK), le tribunal de grande instance de Munich a réclamé, dans un jugement rendu mercredi 13 juillet 2016, plus de transparence au comparateur « Check24 »

Check24 a été condamné en Allemagne pour manque de transparence sur ses modalités de rémunération
Check24 a été condamné en Allemagne pour manque de transparence sur ses modalités de rémunération

C'est le numéro 1 du marché de la comparaison d'offres d'assurance en Allemagne. Le comparateur « Check24 » fait l'objet d'une  plainte déposée par la Fédération allemande des agents d’assurance (BVK). Le 13 juillet 2016, le tribunal de grande instance de Munich a réclamé, dans un jugement, plus de transparence à cet acteur.

Le mode de rémunération en question

La justice allemande a notamment réclamé au comparateur une information claire et précise sur son mode de rémunération. Cette entreprise internet bavaroise de 800 employés (330 M€ de chiffre d’affaires) devra donc informer dorénavant ses clients sur les commissions qu’elle perçoit comme intermédiaire. Cette information devra intervenir « avant la signature du contrat et non pas après dans des notes de bas de page », a souligné la juge Barbara Clementi.

Concurrence déloyale

La fédération BVK, qui représente 11000 agents généraux, avait dénoncé une concurrence déloyale de la part du comparateur qui ne précisait pas sur sa page internet qu’il agissait comme un agent d’assurance en percevant des commissions. « C’est une victoire pour les consommateurs car c’était une tromperie manifeste », a commenté Michael Heinz, le président du BVK, après la lecture du jugement.

Une commission estimée entre 50 et 100 € par contrat

Dans les milieux de l’assurance, on estime que Check24 perçoit entre 50 et 100 euros par contrat. Le business est très lucratif quand on sait que le comparateur a signé en un an près d’un million de contrats dans la seule assurance automobile.
La justice allemande n’a toutefois pas donné entièrement raison aux agents d’assurance qui réclamaient toute une série d’obligations d’informations qui aurait, à terme, signifié la mort du comparateur. Pour Check24, le jugement doit être interprété comme une victoire. « Ce jugement ne va pas nous empêcher de vivre », a lâché Christoph Röttele, le directeur du comparateur.
 



Effectuer une autre recherche

Rechercher