Alptis utilise le BPM pour sa transformation digitale

Par - Publié le

,

Le deuxième courtier grossiste français, Alptis, s'appuie sur un outil de Business Process Management (BPM ou gestion des processus d'entreprise en français), pour développer, entre autres, des applications portant sur la souscription de contrats individuels et collectifs.

Le pilotage de la gestion des demandes clients en multicanal (courrier, téléphone, mail, web, mobile), le suivi des dossiers sinistres et, en amont, le développement d'applications portant sur la souscription de contrats : le courtier grossiste Alptis franchit le pas informatique du Business Process Management pour accroître son efficacité. « Pour moi, un outil de BPM c'est un workflow intelligent », explique Véronique Pachoud, DSI de Alptis.

Temps réel

Concrètement, au lieu d'avoir une corbeille indiquant si une opération a été traitée ou non, avec la plate-forme BPM de l'éditeur Bonitasoft, Alptis sait dans le détail à quel niveau en est le traitement de cette opération. « Le BPM permettant d'aller plus profondément dans le pilotage du processus, on peut entrer dans une logique de temps réel. Aujourd'hui, via son espace personnel, le client peut savoir à quelle étape exactement en est sa demande. Cela est très important pour certains produits comme l'assurance emprunteur », souligne Véronique Pachoud. Sur le plateau du centre d'appels, il est également possible de savoir, toujours en temps réel, s'il y a des engorgements, de quelle nature et où. En effet, Alptis ré-exploite en temps réel toutes les données qui caractérisent un processus dans des tableaux de bord.

Simplification

« Le BPM aide à simplifier les processus, car il permet de faire des maquettages où l'on voit les enchaînements. Grâce à cette modélisation, on peut montrer aux métiers que leurs process sont trop complexes, que l'internaute va devoir cliquer sur trois boutons différents, par exemple », ajoute Véronique Pachoud qui prévoit de passer tous les process d'Alptis par la moulinette BPM pour aller au bout de cette simplification. 

Vrai désilotage

Enfin, le BPM crée de la transversalité dans le système d'information en jouant le rôle d'une surcouche au dessus des applicatifs. « Il donne la possibilité d'articuler la dimension processus, vu du coté des métiers, et la dimension applicative. Quand on vend un produit on a besoin d'un prix, puis de créer un contrat, d'appeler les cotisations, de gérer les prestations... En passant par le BPM, le collaborateur ne voit plus qu'il y a des silos et qu'il passe par quatre ou cinq applications différentes. Cela devient transparent pour lui », conclut Véronique Pachoud.

 

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher