precedent Suivant Produits d’épargne : l’innovation au cœur d’une offre surabondante (E-dossier) 4 / 7

Assurance vie en ligne : Yomoni préfigure les « robo-advisors » à la française

Par - Publié le

,

,

,

,

,

En partenariat avec Suravenir, le site d'épargne en ligne Yomoni proposera en septembre une assurance vie 100% ETF habituellement réservés à la gestion privée et en gestion automatisée. 

Yomoni proposera en septembre avec Suravenir une assurance vie 100% ETF et 100% en ligne.
Yomoni proposera en septembre avec Suravenir une assurance vie 100% ETF et 100% en ligne.
© FOTOLIA

Les fintechs poursuivent leur percée. Dans la ligne des sites mariequantier.com ou Fundshop.fr, Yomoni, une nouvelle start-up qui vient de lever 3,5 M€ auprès de Crédit Mutuel Arkéa et d'Iena Venture, l’incubateur de la Financière de l’échiquier, se positionne sur la gestion privée en ligne pour les trentenaires. La société qui attend son agrément de l’AMF d'ici juillet, lancera en septembre le contrat d’assurance vie sous mandat de gestion Yomoni Vie, en partenariat avec Suravenir.

Un contrat d'assurance vie 100% ETF

«Notre spécificité est de proposer un contrat d’assurance vie sans fonds euros construit uniquement à base d’ETF, explique Mourtaza Asad-Syed, président et co-fondateur de Yomoni dont l'objectif est de trouver les meilleurs fonds d’investissement en direct et d’en faire la réplique indicielle. Les ETF (exchange traded funds) appelés aussi fonds indiciels ou trackers sont des Sicav ou des fonds commun de placement qui suivent la performance d’un indice (par exemple le CAC 40). Ils se négocient en bourse comme une action mais permettent de diversifier ses investissements à moindre coût. 

Ces produits la plupart du temps réservé à la clientèle de gestion privée deviennent désormais accessibles aux jeunes cadres ne disposant pas forcément d’un gros patrimoine, mais ayant une certaine capacité d’épargne. Le contrat sera accessible dès 1 000 € sans frais d’entrée et comportera des frais de gestion limités à 1,6% au total incluant le mandat de gestion (0,7%), les sous-jacents ETF (0,3%), et les frais de gestion du contrat d'assurance vie (0,6%). Yomoni ne se pose pas comme concurrent des banques privées ou des CGPI qui eux développent «une relation physique avec des clients haut de gamme». Yomoni veut au contraire s’adresser à distance aux Français moyens.

Sur le modèle des robo-advisors américains

Autre particularité : son service d’allocation d’actifs automatisé accessible sur Internet et sur mobile. Grâce à un algorithme, le client peut définir, après quelques questions et en quelques clics, son profil de risque, à l’instar des robo-advisors américains comme Wealthfront (2,4 Md€ d’actifs gérés) qui séduisent un nombre croissant d’épargnants aux Etats-Unis. Mais à la différence de ces sites, «Nous sommes une société de gestion utilisant la technologie pour le scoring, mais la gestion n’est pas robotisée, elle est personnalisée », conclut le président de Yomoni.  


precedent Suivant Produits d’épargne : l’innovation au cœur d’une offre surabondante (E-dossier) 4 / 7


Effectuer une autre recherche

Rechercher