Ciprés Assurances s’attaque à l’épargne-retraite

Par - Publié le

,

,

,

,

Après 18 années de croissance organique se traduisant, en 2017, par une progression de 12,8% de son CA à 74 m€, le courtier grossiste Ciprés Asssurances ajoute la retraite à son offre santé et prévoyance… sans exclure l’IARD !

Laurent Ouazana, président de Ciprés Assurances et Sylvie Langlois, directeur général le 8 mars 2018 lors de la présentation des résultats de l'entreprise.
Laurent Ouazana, président de Ciprés Assurances et Sylvie Langlois, directeur général le 8 mars 2018 lors de la présentation des résultats de l'entreprise.

Belle année pour le grossiste spécialisé en protection sociale des entrepreneurs, Ciprés Assurances. Jugez plutôt : 74 M€ de CA – en avance sur le plan stratégique – en hausse de 12,8% par rapport à 2016, près de 200 collaborateurs, 5000 courtiers partenaires (+19%), 230 M€ de collecte et plus de 100 nouveaux entrepreneurs adhérents à ses services par jour. « Notre croissance est près de cinq fois supérieure à celle du marché et elle est organique depuis 18 ans », souligne Laurent Ouazana, président de Ciprés Assurances. L’entreprise est accompagné depuis l’an dernier par le fonds d’investissement Apax Partners qui n’a pas manqué de percevoir, outre la rentabilité, la récurrence de chiffre d’affaires et l’assise de l’entreprise en termes d’expertise métier, les leviers de croissance qui s’offrent à Ciprés. Après la santé, la cible de clientèle du grossiste - les TPE et travailleurs non salarié- restent sous-équipés en prévoyance et seraient, en effet, tout à fait prompts à souscrire leur retraite auprès du courtier en qui ils ont déjà accordé leur confiance. « Nous complétons aujourd’hui les deux étages de la Santé et de la prévoyance en lançant le contrat retraite Madelin, explique Laurent Ouazana. La totalité de nos partenaires vend ou a vendu de la retraite Madelin, il n’y a aucune raison qu’un entrepreneur ne nous fasse pas confiance pour se multi-équiper chez nos intermédiaires ».

100 M€ de CA visés en 2020

La conception de l’offre est actuellement en cours. Mais sa gestion administrative sera aux mains d’un futur partenaire, un « expert de la retraite » dans le cadre d’une joint-venture. Le nom de cet associé capitalistique sera annoncé l’été prochain. Le parcours client sera spécifique avec des outils de simulation. Cette logique de multi-équipement va jusqu’à l’IARD. « Nous avons mandaté des acteurs de la M&A (ndlr : Mergers & Acquisitions, fusions-acquisitions) en ce sens et envisageons clairement une acquisition car nous voulons devenir la référence assurance des entrepreneurs pour la majorité de leurs risques professionnels », déclare Laurent Ouazana. Objectif : développer la masse assurable, accroître la mutualisation afin de disposer d’une agilité technique prompte à l’innovation en matière de produits. C’était le cas, il y a près d’un an, avec la fin de la sélection médicale en matière de protection sociale pour les entrepreneurs. « C’était une offre politiquement incorrecte qui est amenée à faire florès, affirme Sylvie Langlois, directeur général de Ciprés Assurances. Après trois ans de tests et 8 mois de recul opérationnel, nous ne constatons aucune dérive technique ».

L’enjeu du phygital

Outre cette diversification stratégique, le grossiste qui a investi 10 M€ depuis trois ans dans la refonte de son système d’information mise sur le digital, non pas « paillette », mais pragmatique, en appui à son modèle 100% intermédié. « Nous devons accompagner nos courtiers qui, sur des risques complexes, auront toujours un temps incompressible à consacrer au conseil auprès de leurs clients entrepreneurs et aucun robot ne le remplacera. Ainsi, notre nouvel extranet associé à un nouveau progiciel de gestion au socle technologique intégralement revu leur offre des fonctionnalités comme l’avenant en ligne, la consultation des contrats, la signature électronique, bref la possibilité de conclure une affaire en quelques clics », énonce Laurent Ouazana. Et Sylvie Langlois de compléter : « Nous sommes des apporteurs d’affaires et à ce titre, nous alimentons nos courtiers en leads et leur offrons des facilités informatiques post-contractualisation ».

Des niches à explorer

Le 3e courtier grossiste du marché qui travaille avec Malakoff Médéric Courtage, Allianz ou encore Axa va également de l’avant en créant un département dédié aux marchés spécialisés. Mission : accompagner en sur-mesure certains courtiers qui adressent les PME en région en étant capable de reproduire des process industriels et pré-négocier des programmes. « Nous croyons fortement au potentiel des petites mairies », glisse le président de Ciprés Assurances. Autres cibles : les femmes entrepreneurs aux défaillances moindres et aux besoins spécifiques (maternité, assistance,…), prospectées via des accords exclusifs avec des réseaux d’entrepreneuses tout comme les start-up logées dans des incubateurs.

Avec 3,3 millions d’entrepreneurs en France, Ciprés Assurances n’a pas fini de donner corps à son ambition.

 


Laurent Ouazana

Laurent Ouazana

Président de Ciprés

Laurent Ouazana est né en janvier 1965. 1986 : diplôme de l'École nationale d'assurances (Enass). 1987-98 : direction courtage de La Bâloise-La Suisse assurances. 1998-2000 : poste de [...]

Lire la suite
Sylvie Langlois

Sylvie Langlois

Directrice générale du groupe Ciprés

Sylvie Langlois est née le 18 avril 1963.   Maîtrise de droit. Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de gestion. Sylvie Langlois a débuté sa [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher