precedent Suivant Fintech: quelles innovations pour l'assurance ? 1 / 4

Fluo, la Fintech analyse toute l'assurance du foyer

Par - Publié le

,

,

La deuxième version de l’application Fluo vient de sortir. La start-up, qui a commencé par comparer les assurances des cartes bancaires pour repérer les doublons, propose désormais une analyse détaillée de la totalité des contrats d'un foyer.

Jehan de Castet lance la deuxième version de l'application Fluo
Jehan de Castet lance la deuxième version de l'application Fluo
Emilie ROUY

Le fondateur de Fluo, Jehan de Castet, était directeur général des Furets jusqu’en 2013. « Mais au-delà de la comparaison sur les prix, je sentais qu’il y avait une problématique majeure sur la clarté des garanties. J’ai pensé que plutôt que de faire pivoter une structure existante, il valait mieux en créer une nouvelle. »  Il développe donc Fluo, d’abord sur la détection des garanties existantes d’un assuré via ses cartes bancaires.

L'audit de toutes les assurances d'un foyer

La première version de l’application Fluo affiche plus de 60 000 téléchargements et un taux de rétention situé entre 13 et 14% au bout de six mois. Ce taux est calculé sur l’utilisation de l’application, au moins une fois par mois. La deuxième version de l’application, lancée en cette fin juin 2016, étend son champ d’action. Elle permet de faire l’audit de toutes les assurances d’un foyer (habitation, auto, prévoyance, etc.) pour repérer les doublons ainsi que les sources d’économie.

L’ambition de la start-up, qui affiche sept collaborateurs, n’est rien de moins que de gommer toutes les frustrations de l’assuré. « Quand un assuré comprend comment il est couvert, il est plus enclin à investir dans un contrat d’assurance », assure Jehan de Castet. Il estime pouvoir atteindre 250€ d’économie annuelle en moyenne par client sur l’automobile et jusqu’à 500 € pour l’ensemble des assurances d’un foyer. La V2 de l’application étend également l’analyse des assurances de cartes bancaires : 50 banques françaises et 350 cartes sont désormais référencées.

Enfin, l’application développe l’interaction avec les assurés en proposant un échange par mail, en plus du standard ouvert de 9 heures à 19 heures. Depuis trois mois, un système de discussion instantanée est proposé, pendant les heures ouvrables.


precedent Suivant Fintech: quelles innovations pour l'assurance ? 1 / 4


Effectuer une autre recherche

Rechercher