Karine Lazimi (ex-Allianz France) : « Comment je suis passée d’agent général à courtier »

Par - Publié le

,

,

,

L’ancienne directrice de l’expérience digitale d’Allianz France, devenue agent général de la marque en 2016, a finalement fondé LCK Assurances, un cabinet de courtage.

Karine Lazimi Chouraqui a fondé LCK Assurances en juillet 2017.
Karine Lazimi Chouraqui a fondé LCK Assurances en juillet 2017.
LAETITIA DUARTE

Haut en couleur, le parcours de Karine Lazimi Chouraqui n’en finit pas de surprendre ! Connue pour avoir professionnalisé l’utilisation des réseaux sociaux au sein d’Allianz France en initiant leur intégration dans le parcours client, cette ancienne cadre supérieure de l’assurance avait choisi, en 2016, de franchir le cap de l’entrepreneuriat. Avec un associé camarade d’enfance, avocat d’affaires de métier, elle négociait alors la reprise d’une des plus importantes agences parisiennes de l’assureur située boulevard Haussmann à Paris, dotée d’une annexe dans le 3ème arrondissement.

Sur cette artère courue de la capitale, elle entreprenait rapidement le réagencement de 180 m2 de locaux et, en toile de fond, visait surtout la fidélisation de 3 000 contrats détenus par 2 000 clients (80 % en IARD). « L’humain, c’est la base de ce métier », explique-t-elle, aujourd’hui confortée par cette expérience terrain dans son goût pour le business. Mais pour une activité d’intermédiaire qu’elle préfère plus libre, multimarque et indépendante. C’est pourquoi elle a revendu ses parts et son mandat et fondé, en juillet 2017, LCK Assurances, son cabinet de courtage.

« Je ne veux pas d’écran ou de tablette entre le client et moi »

« Je me suis vite rendu compte qu’en tant qu’agent, j’attirais la clientèle des start-upeurs, entrepreneurs, acteurs de l’immobilier, syndics parce que je vois le business comme eux, en raisonnant en compte de résultats. Or, cette segmentation de clientèle est moins prononcée chez les agents toutes marques confondues de manière générale que chez les courtiers. Quand on est agent, la clientèle grand public est essentielle », explique la jeune courtière dont la carte de visite porte donc les mentions « assureur courtier : Immobilier, Entreprises, Start-up, Pros, Cyber risques, E-réputation ».

De plus « j’aime faire du terrain, je ne veux pas d’écran ou de tablette entre le client et moi », ajoute-t-elle. « Allianz France s’est montrée extrêmement bienveillante, me permettant de racheter une partie de mes conquêtes pour démarrer avec un petit portefeuille », poursuit Karine Lazimi Chouraqui qui ajoute : « un portefeuille, c’est tellement lié à l’intermédiaire… ».

Allianz, son premier code !

Dès juillet 2017, elle a démarré avec les codes d’Allianz, sa compagnie de cœur. S’en est suivi l’obtention des codes courtage de Generali, Hiscox, AIG, et Axa. Elle travaille aussi avec les courtiers grossistes April et Solly Azar, notamment quand les surfaces immobilières à assurer sont inférieures à 1000 m2. « Je compare, je regarde les prix, les garanties et surtout les franchises… », commente-t-elle. Si elle loue un bureau d’affaires sur le Faubourg Saint-Honoré à Paris, son bureau est surtout son ordinateur mobile MacBook Air qui ne la quitte plus et la relie aux extranets de l’ensemble des assureurs et grossistes avec qui elle travaille.

LCK Assurances compte 200 clients TPE dont quelques ETI . « Je vise le doublement des primes à la fin de l’année », confie la courtière qui fonctionne beaucoup en apport d’affaires avec un nombre croissant de syndics et fonds. « Je travaille aussi avec des experts d’assurés », glisse Karine Lazimi Chouraqui, certaine de sa vocation.

 

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher