Le courtier Asselio continue son expansion géographique

Par - Publié le

,

,

,

,

Après avoir racheté Géodesk en 2016, le courtier lyonnais Asselio se développe sur Grenoble et les Savoies dans le domaine de l’épargne salariale. D'autres croissances externes sont au menu pour 2018 et 2019.

Pierre-Olivier Chanove, gérant-fondateur d'Asselio
Pierre-Olivier Chanove, gérant-fondateur d'Asselio

Ce serait presque une année calme pour Asselio, le cabinet de courtage créé à Saint-Priest en 2001. Pour une fois, la société n’a pas de croissance externe prévue en 2017. «Nous consolidons nos nouvelles positions après le rachat de Géodesk en 2016» confie Pierre-Olivier Chanove, son gérant-fondateur. Géodesk, courtier en assurance de risque sur les pays difficiles est une société parisienne et le travail consiste à développer cette activité sur Lyon. Une troisième corde à l'arc d'Asselio, déjà bien présent dans la protection sociale (68 % de l’activité), l’assurance de biens (14 %) et la gestion de patrimoine (7 %). Fort de partenariats auprès de 83 compagnies d’assurance, Asselio dispose de belles références clients dans la grande distribution et la métallurgie, notamment, avec des PME (50 à 350 personnes).

Conquérir de nouvelles zones géographiques

En 2016, la société a connu une croissance globale de 20 %, affichant un chiffre d’affaires de 4,23 millions d’euros pour 41 personnes, l’arrivée de Géodesk représentant la moitié de cette hausse. Les prochaines acquisitions sont prévues pour 2018 et 2019, notamment sur Paris. Le but est de gagner des positions sur de nouvelles zones géographiques. Asselio dispose à ce jour de bureaux à Lyon, Clermont, Nantes, Ortez et Montluçon. Pierre-Olivier Chanove entend cette année progresser sur Grenoble et les Savoie, avec, à terme, l’ouverture d’une antenne.

Investir les cyber-risques et l'actionanariat salarié

Enfin, Asselio souhaite s’immiscer ou se renforcer sur de nouveaux créneaux comme les cyber-risques et surtout, l’actionnariat salarié. «Les entreprises sortent de la crise, d’autres doivent être transmises par leurs créateurs, c’est le bon moment pour développer cela. Je prends le pari que l’arrivée d’Emmanuel Macron, qui est à fonds sur ce créneau, va créer une période propice. C’est donc sur ce sujet que nous nous concentrons» conclut le chef d’entreprise.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher