Patrimonia 2015

Patrimonia 2015

precedent Suivant Patrimonia 2015 : le bilan du rendez-vous des CGPI (E-dossier) 6 / 8

Les CGPI ont retrouvé le moral (baromètre BNP Paribas Cardif)

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Collecte en hausse, rôle central pour la diversification vers les unités de compte et reconnaissance de la qualité de leur conseil... A la veille de Patrimonia 2015, le moral des CGPI est en hausse, selon la 9ème édition du baromètre 2015 BNP Paribas Cardif/TNS Sofres.

Pour Jean-Christophe Boccon-Gibod de BNP Paribas Cardif, les clients des CGPI reviennent vers les produits plus risqués.
Pour Jean-Christophe Boccon-Gibod de BNP Paribas Cardif, les clients des CGPI reviennent vers les produits plus risqués.

Le moral est au beau fixe : interrogés par TNS Sofrès en mai dernier dans le cadre de la 9ème édition du baromètre BNP Paribas Cardif, 86% des 400 conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI) représentatifs de la profession ont déclaré que la profession se portait bien (contre 81% en 2014 et à peine 68% en 2013). C’est presque un plébiscite pour cette profession, certes de nature optimiste mais qui avait pourtant subi de plein fouet la décollecte de l’assurance vie en 2012 et la menace de ne plus pouvoir être rémunérée sous forme de rétro-commissions.

3 M€ de collecte d'épargne par cabinet en 2015

Aujourd’hui, l’activité s'est nettement redressée : en moyenne la collecte brute d’épargne par cabinet atteint 3 M€ par cabinet contre seulement 2,5 M€ en 2013. Et pour 2015, 71% des CGPI envisage une collecte encore en hausse. Dans les 5 ans à venir, l’horizon s’éclaircit : 70% considèrent que les perspectives de développement de la profession sont importantes. Ils pensent en particulier diversifier leur activité à 86% vers la retraite individuelle (Perp, Madelin), mais aussi à 77% vers l’immobilier et à 74% vers la prévoyance individuelle (autre que l’assurance emprunteur qu’ils vendent déjà). Autre indicateur de moral : ils sont de plus en plus nombreux à avoir des projets de rachats (46% des cabinets en 2015 contre 37% seulement en 2014).

26% d'unités de compte dans les contrats des clients des CGPI

Ce qui les rend optimiste, c’est aussi l’image qu’ils renvoient : 89% des clients de CGPI interrogés par TNS Sofrès (soit 7% des Français ayant un patrimoine financier de plus de 75.000 €) ont une bonne ou très bonne image de leur conseiller et n’hésitent pas, pour un tiers d’entre eux, à leur déléguer les décisions de gestion financière à leur conseiller. Grâce à leurs conseils, les CGPI jouent d’ailleurs un rôle clé dans la diversification vers les unités de compte : «71% d'entre eux ont ressenti que leur clients pouvaient revenir sur les produits plus risqués contre 62% en 2014», commente Jean-Christophe Boccon-Gibod, responsable du développement commercial du réseau CGPI de BNP Paribas Cardif. Et de fait, les clients de CGPI détiennent en moyenne 26% d’unités de compte dans leur contrat d’assurance vie contre 18% chez les Français aisés, mais non-clients de CGPI. 


precedent Suivant Patrimonia 2015 : le bilan du rendez-vous des CGPI (E-dossier) 6 / 8

Jean-Christophe Boccon-Gibod

Jean-Christophe Boccon-Gibod

Directeur du développement commercial du réseau Cardif et partenaires

Jean-Christophe Boccon-Gibod est né le 1er juin 1977, à Paris. 2001 : Diplôme de l'École des hautes études commerciales (HEC). Diplôme de l'École nationale d'administration [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher