Robert Leblanc (Aon France) : « les assureurs trient davantage... »

Par - Publié le

,

,

,

,

Après avoir réalisé une croissance organique de 8% en 2016, le courtier spécialisé en entreprises anticipe une dynamique similaire en 2017. Robert Leblanc, PDG d’Aon France, estime toutefois que le marché commence à être moins ouvert. Entretien.

Robert Leblanc, PDG d'Aon France
Robert Leblanc, PDG d'Aon France
LAETITIA DUARTE

Président directeur général d’Aon France et, depuis 2017, vice-président de la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) d’Aon Risk Solutions, filiale du groupe spécialisé dans la gestion de sinistres, Robert Leblanc revient pour l’Argus de l'assurance sur les résultats 2016 et les orientations de la filiale française du courtier, le plus performante d'Europe.

Près de 278 M€ de CA réalisé en 2016. Vous attendiez-vous à une telle croissance de 8% ?
Il y a 7 ans, nous n’allions pas bien… Donc, c’est surtout une grande satisfaction que d’avoir doublé notre croissance l’an dernier. Cette performance a une grande valeur pour l’équipe française. C’est la division Aon Risk Solutions, dédiée au courtage d’assurance et qui représente 76% de notre activité, qui porte cette dynamique, notamment  grâce à la prévoyance et la santé complémentaires et des succès commerciaux en IARD, RC, automobile, construction et crédit-risque politique. Toutefois, dans le courtage de réassurance, Aon Benfield consolide sa position de leader et le conseil en RH Aon Hewitt poursuit son développement.

Comment se profile 2017 ?
On est dans un esprit sport ! Nous voulons aller plus loin et anticipons déjà une croissance similaire cette année dans un marché qui devrait avoir atteint son point bas. Les choses sont déjà écrites. On a pu observer durant les renouvellements en fin d’année dernière que si les affaires n’étaient pas séduisantes, les assureurs s’en détournaient. Ils trient davantage et le travail est plus technique et donc sélectif. On a déjà plus de travail sur des affaires dont la nature de la sinistralité peut inquiéter les assureurs. 2017 sera une belle année. Nos axes stratégiques sont l’assurance construction, et aussi crédit, risques politiques et accident management. Nous voulons continuer à développer l’affinitaire qui a réalisé une croissance à deux chiffres (ndlr : assurance auto des salariés d’une entreprise, assurance pro d’une communauté…) et le conseil en prévoyance santé collective.

Et 2018 alors ?
Nous allons tout faire pour maintenir la trajectoire et croyez-moi, nous menons actuellement des travaux pour des affaires à échéance au 1er janvier 2018…

Le marché devrait alors avoir remonté ?
Il mûrit et s’il y a une remontée des taux et moins d’afflux de capitaux, la réponse est oui. Jusqu’ici, on en aura fait profiter nos clients. Toutefois, je sais que le marché sera moins ouvert qu’il ne l’a été. On va, disons, vers une inversion progressive. C’est un tournant, mais pas un tournant violent.

Vous venez de prendre des responsabilités supplémentaires, rattaché au CEO Europe du groupe Aon. Qu’est-ce que cela change en pratique ?
C’est un symbole fort. En pratique il n’y a pas encore eu de sujets lourds. Toutefois, sur le plan opérationnel, la Belgique m’est désormais rattachée. C’est un marché complexe avec beaucoup de filiales de groupes étrangers, notamment français, et aussi un beau tissu d’ETI Mais une concurrence large avec un nombre de courtiers incroyable dans un pays plus petit que l’Hexagone.  

En France, quels sont les chantiers ?
L'informatique. On n’a jamais fini ! Nous investissons sur des applications smartphones pour les flottes automobiles, en santé, en prévoyance sur la gestion des absences du personnel. Globalement, en interne, le groupe s’étant construit sur de nombreux rachats locaux, nous avons hérité d’une kyrielle de systèmes d’information à unifier.

Le groupe Aon a signé hier, mardi 4 avril, un accord de partenariat avec la division assurance de la banque italienne Intesa Sanpaolo, numéro 1 en Italie et 3ème plus grand groupe bancaire européen. Ce accord concerne les produits et services d’assurance dommages, accessibles à la clientèle d’entreprises.

Robert Leblanc

Robert Leblanc

Président-directeur général d'AON France et vice-président de la région EMEA d'Aon Risk Solutions

Robert Leblanc est né le 15 mars 1957 à Casablanca. Ecole Polytechnique. Doctorat en stratégie des organisations (Paris Dauphine). 1979-87 : consultant en organisation chez Accenture. 1987-90 : [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher