Souscription d'assurance : les Français ont peu recours aux courtiers (étude CSCA)

Par - Publié le

,

,

,

L’étude sur la relation entre les Français et les courtiers d’assurances, dévoilée ce mercredi par la Chambre syndicale des courtiers d’assurances, montre que le recours à un courtier reste relativement confidentiel pour les particuliers. 

Hervé Houdard, président de la CSCA
Hervé Houdard, président de la CSCA

Pour souscrire un contrat d’assurance personnel ou professionnel, les Français font d’abord et majoritairement appel à une compagnie d’assurance (70%), devant l’entourage (45%), un comparateur d’assurances (44%), un banquier (22%), une revue ou un site d’information (15%). Le courtier d’assurances n’a été cité que par 14% des participants de l’étude menée pour la Chambre syndicale des courtiers d’assurances (CSCA) par l’Institut CSA (échantillon de 991 personnes). « L’étude nous révèle des résultats étonnants ! » a commenté Hervé Houdard, président de la CSCA, qui a expliqué vouloir connaître la perception du grand public sur l’expérience de souscription d’assurances, au moment où les courtiers se mobilisent autour d’un manifeste pour défendre leur rôle de conseil auprès des assurés.

 

Une bonne image auprès des assurés

 

Paradoxalement, le recours au courtage reste confidentiel mais 88% des répondants ont déclaré avoir déjà entendu parler des courtiers et 56% identifient bien ce dont il s’agit. Toujours sur l’image du courtier auprès des Français, 75% des personnes interrogées estiment qu’ils proposent des solutions adaptées aux besoins des assurés et 73% qu’ils donnent des conseils de qualité. L’étude révèle que 68% des Français pensent que les courtiers sont indépendants, 60% qu’ils agissent dans l’intérêt des assurés et 57% qu’ils sont dignes de confiance.

 

Un accompagnement jugé nécessaire

 

Enfin, interrogés sur l’impact de la réglementation qui touche la distribution et la vente d’assurances, les Français se montrent circonspects : 52% estiment qu’elle a un impact positif, rassurant et sécurisant pour le consommateur, 15% qu’elle a un impact négatif (complexification des démarches, perte de temps) et 33% ne se sont prononcés ni pour la première proposition, ni pour l'autre. L’impact négatif est particulièrement plus important chez les commerçants et chefs d’entreprise (40%) et chez les jeunes de 18 à 24 ans (20%). «Si les Français pensent avoir trouvé la meilleure solution d’assurance (87% NDLR), leur retour mitigé sur les impacts règlementaires démontrent qu’un besoin de conseil et d’accompagnement est nécessaire. Fort  heureusement, le courtier d’assurances, bénéficie d’une notoriété solide et d’une bonne image auprès du grand public. Un très bon point pour notre profession et surtout pour l’image en général de l’intermédiaire, dont le recours est insuffisamment ancré dans notre culture de consommation », a commenté Hervé Houdard, président de la CSCA.

La Chambre syndicale des courtiers d’assurances se réunira en congrès le 9 juin prochain au Carrousel du Louvre à Paris.


Hervé Houdard

Hervé Houdard

Directeur général de Siaci Saint Honoré

Hervé Houdard est né le 29 juillet 1957. Autodidacte 1973-82 : Hervé Houdard débute sa carrière au sein du groupe Rhin & Moselle, spécialisé en assurances. 1982-94 : Responsable de la [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher