MMA : une fusion qui modifie les équilibres de la distribution

Par - Publié le

Le projet d'intégration de trois sociétés du groupe Covéa au sein de MMA IARD SA, qui se concrétisera en 2015, aura pour conséquence indirecte une redéfinition du périmètre d'intervention des agents généraux et des courtiers en assurance dommages.

Chez Covea, les lignes bougent. Par ricochet, ces mouvements touchent aussi les intermédiaires. Dans le cadre de la simplification de ses structures et de l'adaptation de son organisation aux exigences de Solvabilité 2, le groupe mutualiste projette de fusionner au sein de la société d'assurance dommages, MMA IARD SA, trois entités du groupe : Covéa Risks, Covéa Fleet et Covéa Caution. Cette opération, qui doit être réalisée au cours de l'année 2015, n'aura pas d'impact sur le plan social, d'après les informations fournies par le groupe MMA aux instances représentatives du personnel.

Néanmoins, elle va entraîner des changements d'ordre juridique, informatique et commercial. La fusion des portefeuilles de produits pose notamment la question du devenir des marques et - effet collatéral - celui de l'organisation de la distribution. Actuellement, les sociétés concernées par l'opération travaillent avec des marques et des réseaux de vente différents, courtiers essentiellement pour les entités Covéa et agents généraux exclusivement pour MMA. Cette marque leur est en effet réservée, comme le stipule l'accord qui encadre leurs relations avec la compagnie et ces intermédiaires.

Préserver la complémentarité

Le projet de fusion et d'utilisation d'une marque commune au sein des différents réseaux de distribution a donc amené MMA et le syndicat des agents, le Sagamm, à remettre à plat l'accord contractuel qui datait de la fusion entre Azur et MMA. Après six mois de négociations, une nouvelle mouture du texte a été soumise aux adhérents du syndicat, qui l'ont approuvée par vote lors de l'assemblée générale du 19 novembre 2014. « La priorité du syndicat était que les agents qui interviennent surtout sur le marché des particuliers et des professionnels et évoluent majoritairement en zones rurales ou semi-urbaines ne se retrouvent pas en situation de concurrence sur leur marché local », explique le président du Sagamm, Jean-François Bianchi.

L'accord définit le périmètre et les modalités d'intervention des agents généraux et des courtiers en fonction des marchés. « Il existe déjà une complémentarité naturelle entre les agents généraux et les courtiers. Ces derniers interviennent surtout sur les risques des grandes entreprises ou des entreprises de taille intermédiaire. Le travail de concertation avec le réseau a consisté à faire en sorte de préserver cette complémentarité et de s'assurer que chacun puisse jouer pleinement son rôle », explique Jean-Michel Foxonet, chargé chez MMA des relations avec le syndicat des agents.

En pratique, une nouvelle marque, MMA Entreprise, commune aux deux réseaux, sera créée. Une partie des offres proposées sous cette marque, celles faisant l'objet de solutions sur mesure pour l'essentiel, sera partagée entre les deux réseaux, alors que d'autres seront uniquement distribuées par les agents généraux. C'est le cas, notamment, des contrats destinés aux agriculteurs ou viticulteurs. La marque MMA, quant à elle, reste réservée aux agents, qui conservent une exclusivité sur le marché grand public, sauf dans des circonstances bien précises (comme les contrats des dirigeants en accompagnement des offres d'entreprise).

Courtage réduit aux grands acteurs

Cette répartition des rôles va se traduire du côté du courtage par des fermetures de codes sur le marché des particuliers et par un pilotage plus fin du réseau sur celui des professionnels. En théorie, les courtiers pourront intervenir en risques d'entreprise quelle que soit leur implantation géographique. En ce qui concerne les risques des professionnels, ils ne pourront souscrire de nouvelles affaires que dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Font exception les contrats MMA BTP commercialisés auprès des entreprises réalisant moins de 2 ME de chiffre d'affaires et les offres destinées aux professionnels de l'automobile, qui restent l'apanage des agents sur l'ensemble du territoire. Le réseau de courtiers, composé aujourd'hui de 2 700 partenaires devrait donc, au fur et à mesure des renouvellements d'affaires, se concentrer autour des grands acteurs.

Pour prévenir et gérer les conflits entre les deux réseaux de distribution, un « comité de suivi des réseaux agences et courtage » sera créé. « Dans les faits, les cas de litiges ne devraient pas être nombreux, sachant que nous disposons par ailleurs de directions régionales proches du terrain, donc à même de régler ce types de situation », explique Jean-Michel Foxonet.

CHANGEMENT DE VOILURE POUR MMA IARD EN 2015

L’intégration des sociétés Covéa Risks, Covéa Fleet et Covéa Caution au sein de MMA IARD SA est prévue courant 2015 avec effet rétroactif au 1er janvier 2015.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous