Anne Eyraud-Loisel : l'actuariat dans la peau

Par - Publié le

,

Cette trentenaire est déjà reconnue pour son engagement dans la formation des étudiants et dans la recherche actuarielle.

Anne Eyraud-Loisel, maître de conférences à l'Isfa
Anne Eyraud-Loisel, maître de conférences à l'Isfa


À quelques jours de son départ pour l'université américaine de Cornell, où elle a été invitée pour trois mois de recherche en mathématiques appliquées, Anne Eyraud-Loisel est sur tous les fronts. On l'attrape au vol à l'issue d'une réunion du Conseil national des universités, « où je défends les maths appliquées à la finance et l'assurance, trop souvent mal considérées par le monde académique ». Elle a encore la tête à Lyon, où elle vient de mettre les bouchées doubles pour boucler son programme annuel de cours avant son trimestre d'absence.

L'éthique du métier

Cela n'altère en rien sa fraîcheur et son enthousiasme. « Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours voulu enseigner », répond-elle quand on lui demande si elle n'a pas été un jour tentée de passer du « côté obscur de la force ». « On peut critiquer les dérives de la finance, répond-elle tranquillement. Mais stigmatiser la modélisation mathématique est absurde. Un modèle mathématique ne peut être dangereux en tant que tel. Il ne le devient que s'il est mis entre les mains de quelqu'un qui n'a pas compris comment il a été construit et, dès lors, quelle part de risque il porte. »

SON PARCOURS

  • Son âge 34 ans
  • Sa formation École normale supérieure de Lyon, Isfa
  • Ses fonctions Directrice des études de la formation d'actuaire à l'Isfa

Cette actuaire a une vraie éthique de son métier, qu'elle défend notamment à l'Institut de science financière et d'assurances (Isfa), la fameuse école lyonnaise de l'actuariat, où elle est directrice pédagogique, responsable de la 2e année, maître de conférences et responsable scientifique de la chaire Actuariat responsable (gestion des risques naturels et changements climatiques), financée par Generali. « Le métier d'universitaire présente une multitude de facettes : l'enseignement, bien sûr, mais aussi l'encadrement des étudiants, la recherche, l'organisation de congrès, les relations avec les professionnels de l'actuariat. »

Avoir un ancrage solide dans la profession est essentiel à ses yeux : « Cela me permet d'avoir un retour sur les étudiants que nous avons formés et d'imaginer la façon dont le cursus de l'Isfa devra évoluer. L'actuariat change très vite : nous devons suivre ses évolutions pour former de futurs professionnels en prise avec la réalité. Nous envisageons ainsi d'intégrer le Big Data dans nos cursus. »

C'est pourquoi Anne Eyraud-Loisel est un membre actif de l'Institut des actuaires : elle fait notamment partie de sa commission scientifique et a participé, à ce titre, à la réfection du Core Syllabus de la profession (c'est-à-dire le corpus de compétences qu'un actuaire doit acquérir). Cela lui donne l'occasion, une fois encore, de « croiser » son mari, Stéphane Loisel, qui dirige notamment la nouvelle formation en actuaire expert ERM, créée par l'Institut.

De l'abstrait au concret

Elle éclate de rire : « À l'Isfa, nos bureaux sont côte à côte, mais nous nous croisons à peine. En tant que responsable des relations internationales de l'école, il est souvent en déplacement ! » Coup de chance, l'université de Cornell les accueille tous les deux pour ce trimestre de recherche, avec leurs deux enfants (5 et 7 ans), dont elle doit aussi organiser le départ, entre ses recherches sur l'asymétrie d'information et la couverture sur les marchés financiers, ses activités pédagogiques, académiques, confraternelles... Cela tombe bien : elle adore passer de la théorie la plus abstraite aux réalités concrètes. « À l'École normale supérieure de Lyon, j'ai eu la chance d'avoir Cédric Villani comme professeur. Les cours de cette future médaille Fields étaient lumineux d'intelligence. Je suis certes sensible à la poésie des mathématiques, mais j'ai toujours préféré leurs applications plus pratiques. »



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous