Corinne Péron (Swiss Life France) : L'empêcheuse de tourner en rond

Par - Publié le

,

Corinne Péron a appris son métier d’agent général sur le terrain mais, en parallèle, elle mène une vie associative intense.

Corinne Péron
Agent général Swiss Life
Corinne Péron Agent général Swiss Life
LAETITIA DUARTE

Elle n’arrête jamais ! « Je suis pessimiste dans la réfle­xion, optimiste dans l’action », résume Corinne Péron dont le sourire, rayonnant, éclaire le visage. Cette self-made woman de l’assurance a donc choisi son camp : agir, faire, créer, bâtir, construire, avancer.

L’action, pour cet agent général Swiss Life basée à Savigny-sur-Orge dans l’Essonne, relève du combat. « À l’école, j’étais bonne élève, mais revendicatrice. J’étais la déléguée de classe qui n’avait de cesse d’enquiquiner, à bon escient, les enseignants », se souvient-elle. C’est à Saint-Denis (93), que cette fille d’un géomètre et d’une assistante maternelle a grandi, jouant aux mécanos et aux billes… une fois retiré l’uniforme du collège privé de filles qu’elle fréquentait.

Jeune recrue

« Le décalage entre les deux mondes était surréaliste », se souvient celle qui tombera dans l’assurance, par hasard, en première année de fac, à Paris, à la faveur d’un job d’étudiant dégoté au service télémarketing de Lloyd’s Continental (compagnie ensuite absorbée par Swiss Life).

La passerelle parfaite pour épauler, en 1993, Jérôme Bedouk, alors aux commandes de l’agence Swiss Life qui arbore aujourd’hui le nom de Péron sur la devanture. Conseillère commerciale et admi­nistrative, elle apprend sur le tas auprès de ce men­tor. Quand il résilie son mandat d’agent en 2001, elle pouponne son premier enfant. Swiss Life la contacte et lui propose de racheter la partie essonnienne du porte­feuille. « Je n’ai pas hésité !, raconte-t-elle. Mais j’ai mis du temps à endosser le costard. » Sur un réseau de près 400 agents, les hommes sont légion et à 30 ans, Corinne Péron est une des deux plus jeunes recrues de la compagnie. Afin de défendre son métier et sa place de femme, elle se syndi­que à l’Agéa, la Fédération natio­nale des syndicats d’agents généraux d’assurance, et Swiss-Aga (syndicat des agents Swiss Life) où elle officie comme secrétaire générale pendant huit ans. « J’ai vite compris qu’il me fallait équilibrer mes trois métiers : la santé, le dommage et la vie avec pour seule obsession la qualité », affirme l’entrepreneuse qui s’en satisfait aujourd’hui. « J’ai récemment analysé mon portefeuille de 900 clients : la moitié m’est fidèle depuis dix ans et 75 % le sont depuis cinq ans. » Son CA atteint 153 000 € contre 60 000 € lors de la reprise.

SON PARCOURS

  • Son âge 46 ans
  • Sa formation Diplômée en sciences économiques de l’université Paris 8
  • Sa fonction Agent général Swiss Life à Savigny-sur-Orge (91)

Vaincre l’inertie

Battante, Corinne Péron n’a jamais eu peur de tout mener de front : agrandir sa famille, être élue en 2014 présidente de la chambre syndicale des agents généraux de l’Essonne et devenir vice-présidente de l’association Elles réussissent consacrée à la promotion de l’entrepreneuriat au féminin. « J’ai besoin de vaincre l’inertie, justifie-t-elle. Longtemps dans les réunions syndi­cales, j’ai eu le sentiment d’être une extraterrestre, c’est pourquoi ce réseau de chefs d’entre­prise maman m’a permis d’asseoir ma place dans le métier et aujourd’hui d’accompagner d’autres femmes. »

Cette porte-étendard trouve même le temps de s’adonner à sa passion : le chant lyrique.

Avec le recul, elle estime que la proposition de Swiss Life lui a « fait pousser des ailes ». Et l’envolée n’est pas finie. À la suite du départ, en décembre dernier, de sa collaboratrice, elle a profité de six mois en solo pour se « reconnecter au métier ». Et repasser à l’action. « Je viens de recruter une jeune alternante, et je vais investir dans un commercial pour développer l’agence, car je veux passer à une autre dimension, il me reste vingt ans à travailler et je dois organiser ce futur. » Comment ? « On travaille comme des commerçants avec notre boutique alors que nous devrions exercer comme des avocats ou des experts-comptables. »



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous