AMRAE 2017

precedent Suivant Spécial risques d'entreprises 12 / 12

Franck Recoing (Swaton Recoing Boilletot) : Cumulard assumé

Par - Publié le

,

Ce Marseillais, bien introduit dans les milieux économiques et politiques locaux, ambitionne d’être l’intermédiaire d’assurances de référence des entreprises du territoire.

Franck Recoing
Dirigeant associé de Swaton Recoing Boilletot
et de Générale de services et d’assurances
Franck Recoing Dirigeant associé de Swaton Recoing Boilletot et de Générale de services et d’assurances
LAURENT PIQUET

Le bureau de Franck Recoing, dirigeant associé de Swaton Recoing Boilletot (société d’agents Axa France) et de la Générale de services et d’assurances (société de courtage d’assurances), n’est pas avare en décorations : photos et maquettes ornent les lieux. Au fur et à mesure de la ­visite guidée – à laquelle on ne peut échapper – on découvre ses passions sportives (voitures de course, bateaux à voile) et ses relations professionnelles VIP (on le voit en photo aux côtés d’hommes politiques et de chefs d’entreprise locaux ­influents). Il faut dire que Franck Recoing, issu d’une grande et ancienne famille marseillaise de courtiers d’assurances (Swaton Tarrazi Recoing), est très impliqué localement.

Incontournable à Marseille

S’il précise ne pas être franc-maçon, il a toujours été très engagé dans les institutions et réseaux qui comptent à Marseille : ancien étudiant de Kedge Business School – dont le président du conseil d’administration actuel est ­François Pierson (ex-PDG d’Axa France) – il a été président de l’association des anciens élèves de 1990 à 1995. Un poste qui lui ouvre les portes de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille-Provence, qu’il vient de quitter, après plus de 20 années de mandat, dont les 12 dernières en tant que vice-président et trésorier. Via ses différents postes à la chambre consulaire, il a été administrateur à l’aéroport de Marseille-Provence, administrateur à Kedge Business School (dont il conserve le mandat), vice-président de la Cité des entrepreneurs d’Euroméditer­ranée, vice-président du Comité régional du Tourisme, vice-président de l’Office de la Mer ­Marseil­le-­Provence. « Je suis un cumulard », avoue-t-il, persuadé que cet engagement est dans le droit fil de sa profession. « Pour réussir dans notre métier, il faut trois conditions : le relationnel, en appartenant aux réseaux, en connaissant le tissu économique ; la technicité ; et la capacité à gérer et accompagner des entreprises qui se développent partout dans le monde. »

SON PARCOURS

  • Son âge 58 ans
  • Sa fonction Dirigeant associé de Swaton Recoing Boilletot et de Générale de Services et d’Assurances
  • Sa formation Kedge Business School (École Supérieure de Commerce Marseille-Provence)

Depuis un peu plus de 10 ans, il s’est associé – sur accord de ­François Pierson – avec deux autres professionnels aguerris de l’assurance : Gérard Swaton, un parent, qui était directeur général du cabinet de courtage familial (Eurosud Swaton Assurances à Marseille) et Gilles Boilletot qui dirigeait Axa Courtage dans la cité phocéenne. « Swaton Recoing ­Boilletot est né suite aux rachats de structures existantes avec un objectif : créer la grande agence Axa à Marseille dédiée aux risques d’entreprises. »

Une double casquette agent-courtier

Autre originalité, le fait d’adosser à cette structure un cabinet de courtage qui travaille avec Axa Corporate Solutions et les autres acteurs du milieu. « Nous sommes des ­entrepreneurs de la gestion des risques et des assurances, et nous nous adressons aux entrepreneurs qui prennent des risques », clame Franck Recoing. Mais attention, « il ne s’agit pas de reproduire les ­erreurs des structures familiales qui, à force de faire passer les liens du sang avant le talent, se déchirent, ni celles des grands groupes qui, pour répondre aux exigences financières de leurs actionnaires fonds de pension, sacrifient leurs clients ». C’est l’expérience qui parle : après avoir été directeur de l’entreprise familiale Tarrazi Recoing pendant 20 ans, Franck Recoing a été le ­directeur régional d’Aon Méditerranée de 2001 à 2005. Et avec un total de 4,4 M€ de commissions au compteur, l’expérience paye.


precedent Suivant Spécial risques d'entreprises 12 / 12


Effectuer une autre recherche

Rechercher