Jean-­François Taïeb, dirigeant du comparateur ComparEthic : Service bien compris

Par - Publié le

,

Après avoir conseillé les groupes de protection sociale, cet ingénieur pétri de valeurs solidaires a conçu un comparateur d'assurances dédié aux mutuelles santé et aux institutions de prévoyance.

JEAN-FRANÇOIS TAÏEB
JEAN-FRANÇOIS TAÏEB
©laetitia duarte

Dépanner, filer un coup de main, c'est dans sa nature. Ce Parisien de 50 ans s'est mis en tête d'aider les mutuelles 45 et les institutions de prévoyance à contrer l'offensive des grands assureurs sur Internet. Jean-François Taïeb leur a conçu un comparateur dédié, baptisé ComparEthic, seul moyen, selon lui, pour que les David de l'assurance rivalisent sur la Toile avec les Goliath du secteur. Ce génie de l'informatique, l'un des meilleurs programmeurs de langage C de sa génération, rappelle que « 40% des internautes français consultent des comparateurs en assurance santé ».

 

Partir en Afrique

Non seulement ComparEthic référence uniquement des acteurs à but non lucratif, mais le comparateur facture seulement entre 2 et 10 € la mise en relation, contre de 20 à 27 € pour un site de comparaison « classique ». « Les comparateurs sont de véritables "machines à cash". Notre ambition n'est pas de faire un maximum d'argent, mais d'assurer un service éthique au bénéfice des mutuelles et, plus généralement, de l'économie sociale et solidaire. »

ComparEthic est financé par la fondation MèTIS, créée par Jean-François Taïeb et Jean Sammut, ancien directeur général de la MGET aujourd'hui à la tête de Procial, cabinet de conseil spécialisé dans le monde de la mutualité. Pas de dividendes à verser, ni de niveau de rentabilité à atteindre, donc. Les coûts ont été réduits à la portion congrue : Jean-François Taïeb est le seul permanent, épaulé par huit free lance, dont certains travaillent bénévolement. « Je ne me suis pas payé depuis 2010, car, parfois, les convictions doivent l'emporter sur l'intérêt particulier et immédiat », estime ce père de deux enfants (6 et 12 ans).

Ce fils d'une famille de médecins juifs tunisiens - sa grand-mère paternelle a été la première femme gynécologue de Tunisie -, entré à l'École supérieure des travaux publics pour partir en Afrique comme « ingénieur sans frontières », a goûté pendant près de vingt ans aux lucratives missions de conseil. Au point d'être devenu associé de KPMG Peat Marwick (racheté par CSC). Il se spécialise dans les audits de systèmes d'information pour le compte de groupes de protection sociale. Très vite, il détonne : « Je mettais sur un projet 6 consultants là où d'autres structures en plaçaient 40. »

Il se retrouve rapidement en porte-à-faux. « On ne peut pas apprendre son métier à un client. En revanche, on peut lui apporter un regard neuf, l'aider à se poser les bonnes questions. » Toujours rendre service plutôt que d'exploiter un filon. « Les consultants devraient gagner en humilité. »

 

L'art moderne russe

Il quitte CSC pour fonder Les Matinaux Consultants (LMC), centré sur les mutuelles retraite, les groupes de protection sociale et les services à la personne. Parallèlement, cet adepte de la spiritualité - « être croyant fait partie intégrante de ma personnalité » - organise le premier salon de recrutement pour les seniors et monte, déjà avec Jean Sammut, les Rencontres des innovations solidaires (RIS) réunissant les acteurs de l'économie sociale et solidaire. Il ferme LMC en 2010, qui employait huit consultants, et se consacre à ComparEthic. Il ambitionne de compter dix à douze partenaires d'ici à la fin de l'année, contre cinq actuellement (CCMO, MFTEL, Mutuelle du Rempart, Mutuelle Viazimut, Smacl). « À terme, nous avons vocation à accueillir toutes les mutuelles et les institutions de prévoyance. » Jean-François Taïeb n'exclut pas de couvrir l'IARD et l'épargne, voire de se développer à l'étranger. Et si son projet ne fonctionne pas, ce passionné d'art moderne russe peut s'appuyer sur son réseau. Au tour des autres, alors, de lui rendre service.

SON PARCOURS

  • Son âge 50 ans.
  • Sa formation École supérieure des travaux publics (ESTP), Institut d'administration des entreprises (IAE) de la Sorbonne.
  • Sa fonction Membre fondateur du fonds de dotation MèTIS, et dirigeant de ComparEthic.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous