Jean-Pierre Mailhan (Generali) : toujours à la page

Publié le

,

Après plus de quarante ans de carrière dans l’assurance, jean-Pierre Mailhan, expert et référent RC chez Generali, vient de publier un roman qualifié «d’autobiographie fiction». Portrait de cet amoureux des lettres.

Jean-Pierre Mailhan
Expert et référent RC chez Generali
Jean-Pierre Mailhan Expert et référent RC chez Generali
Laetitia Duarte

Cadre supérieur dans l’assurance, Jean-Pierre, 49 ans, est licencié pour raison économique. Le chômage s’installe, sa situation financière se dégrade, si bien qu’au bout de quelques mois, ce père de trois enfants, divorcé deux fois, est contraint d’aller vivre dans une baraque de chantier qu’il baptise Copacabanon.

Ce nom, c’est le titre du premier roman de Jean-Pierre Mailhan publié à l’automne dernier aux Éditions du Palio. « Une autobiographie fiction », précise l’auteur, qui partage avec son héros le même prénom, le même secteur d’activité, la même situation ­familiale, et surtout le même traumatisme. « En 1996, à 45 ans, je me suis subitement retrouvé sans emploi à la fin d’une période d’essai non concrétisée. Le choc fut d’autant plus violent que je n’avais jusqu’alors jamais connu le chômage. Afin d’exorciser ce souvenir douloureux, j’ai décidé, quelques années plus tard, d’écrire un livre dans lequel je revenais sur mon histoire, tout en lui imaginant un prolongement différent. »

Contrairement à son personnage, Jean-Pierre Mailhan ne met ainsi que… 13 jours à retrouver un emploi. Ses 25 ans de carrière dans le secteur – essentiellement en qualité de responsable de branche responsabilité civile (RC) – lui permettent alors de rebondir rapidement à la Caisse industrielle d’assurance mutuelle (Ciam). S’en suivront des expériences dans deux sociétés aujourd’hui disparues (l’Indépendant, Continent Assurances) puis à Generali où il exerce, depuis 2005, le métier d’expert et référent RC au sein de la direction des professionnels et des petites entreprises. « Ces ­divers changements professionnels m’ont permis de faire des rencontres exceptionnelles, et de connaître une “fraternité du ­métier” à laquelle j’ai d’ailleurs voulu rendre hommage dans mon ­roman », explique-t-il.

SON PARCOURS

  • Son âge 65 ans
  • Sa formation Diplômé de l’École nationale d’assurances (Enass)
  • Sa fonction Expert et référent RC au sein de la direction des professionnels et des petites entreprises chez Generali

Inspiré de faits réels

Car c’est bien là l’une des particularités de Copacabanon : l’intégralité de l’histoire se déroule dans le milieu de l’assurance. « Ce n’est pas un décor très prestigieux pour les uns, pas très glamour pour les autres, et donc rarement mis en avant dans les œuvres littéraires. Pour autant, cela reste un secteur où l’on peut faire carrière, et dans lequel peuvent éclore de belles amitiés », explique cet homme de lettres, qui dit s’être dirigé volontairement vers l’assurance au début des années 1970, son bac de philo et son diplôme universitaire d’études juridiques en poche.

De fait, sa « garde rapprochée », ­essentiellement constituée de courtiers et d’ex-professionnels de compagnies, joue un rôle ­primordial dans le récit, même si seuls leurs prénoms et les ­initiales de leurs patronymes y apparaissent. À leur image, ­l’histoire s’inspire de ­nombreux faits authentiques, vécus par l’auteur, notamment dans le monde de la formation. Car outre ses activités professionnelles, ­Jean-Pierre Mailhan fut professeur à l’École supérieure d’assurances (ESA), animateur de stages pour l’Institut de formation de la profession de l’assurance (Ifpass), mais aussi auteur d’un cahier pratique pour L’Argus de l’Assurance !

Mais à 65 ans, cet épicurien, comme il se définit lui-même, pense désormais à la retraite, sans pour autant envisager de ralentir le rythme. « Pourquoi ne pas désormais m’inscrire dans une troupe de théâtre amateur ou dans une association de jurés et de dégustateurs de vins ? », s’interroge ce passionné d’œnologie. Une chose est sûre : outre les saynètes, les pièces de théâtre et les sketches qu’il s’amuse à écrire pour divertir ses amis, Jean-Pierre Mailhan aspire à publier un deuxième roman. Avec, ­potentiellement, encore l’assurance en trame de fond.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous