Laurent Bonfils, courtier dans les Hauts-de-seine : Ah, les belles américaines !

Par - Publié le

,

,

,

,

Cet amateur de voitures anciennes entretient des liens privilégiés avec les collectionneurs, dont il partage la même passion. Après avoir exercé en compagnie, il s'est installé comme courtier en 2007.

LAURENT BONFILS
LAURENT BONFILS

Des affiches de voitures anciennes ornent les murs de son bureau, quelques modèles réduits d'automobiles campent en haut des étagères. Juste en dessous, une pile de chemises roses rassemble les contrats assurés auprès d'Axa et une autre, bleue, distingue ceux placés chez Generali. Une liasse d'enveloppes et des recommandés attendent d'être mis à la Poste.

Avec un ordinateur et un téléphone pour seuls équipements, Laurent Bonfils gère sans assistante un portefeuille de plusieurs milliers de contrats d'assurance couvrant principalement des voitures de collection. Un travail administratif important.

 

Disponibilité « totale »

Appels de cotisation, déclarations de sinistre, règlements, expertises et autres tracasseries occupent quasiment tout le temps de ce courtier passionné de vieilles autos. De plus, ses clients collectionneurs sont de fieffés bavards, mais cela fait partie de son métier et il prend le temps de les bichonner ! D'ailleurs, ils savent qu'ils peuvent l'appeler à tout moment, Laurent Bonfils décrochera même pendant ses vacances et le week-end : « Allô, Passion assurance bonjour. L'assurance ne t'a pas encore remboursé ? Je t'arrange ça dans l'après-midi. »

Il faut dire qu'en matière d'assurances de collection, la relation s'établit entre initiés et l'empathie joue un rôle important, faisant passer le lien commercial au second plan. « Immédiatement, la conversation s'engage sur une passion commune et cela fait toute la différence », insiste-t-il.

D'où lui vient cette attirance ? Depuis qu'il est tout petit, Laurent Bonfils affectionne les engins à moteur, synonyme de liberté et de vitesse. « Ce n'est pas tant l'esthétique qui prime pour moi, que le fait que les vieilles autos me font remonter dans le temps, à l'époque où j'étais petit et que j'admirais ces belles voitures que je ne pouvais pas encore m'offrir », explique-t-il.

Les belles américaines, en particulier, l'ont toujours fasciné. Car les années 50 et 60 aux États-Unis étaient une époque d'insouciance, de démesure. Les Cadillac ou les Chevrolet restent les vivants témoins d'une époque où l'essence coulait à flots, où la vie s'écoulait paisible, sans crises économiques ni chômage. Sa théorie là-dessus est toute faite : « Les collectionneurs sont des incurables nostal-giques, ils collectionnent les voitures de leur enfance. » D'ailleurs, ses clients font très attention à leurs joujoux, c'est un bon risque, ils ne roulent pas beaucoup avec leurs collections : « Dans 80% des sinistres mes clients ne sont pas responsables. »

 

Affinités de collectionneurs

Avant de vivre de sa passion, Laurent Bonfils a arpenté des chemins détournés. Il a débuté dans la vie active comme commercial en mobilier de bureaux puis chez Orange mobile. « Un jour, j'ai vu une petite annonce. Zurich assurances venait de créer un service dédié aux voitures de collection et cherchait quelqu'un qui connaissait tous les modèles. On m'a donné ma chance. » C'était en 1999. « Le responsable avait compris qu'il était important de connaître les modèles à assurer : entre une Cadillac Eldorado 67 ou 68, les phares sont rétractables ou pas, le collectionneur perçoit immédiatement qu'il parle à un autre collectionneur. Je connais la rareté de chaque modèle, son prix, sa cote. »

C'est vrai que Laurent Bonfils a de la chance, il est doté d'une mémoire d'éléphant qui stocke un nombre impressionnant de voitures et modèles par coeur. Quelques années après le rachat par Generali de l'activité développée par Zurich, il décide de se mettre à son compte. C'était en 2007. Aujourd'hui, ça y est, après plusieurs années de labeur, la voiture de collection est devenue son gagne-pain, et même la porte d'entrée pour assurer la voiture utilitaire de ses clients, celle de leur épouse et leur habitation.

SON PARCOURS

  • Sa formation Maîtrise de droit (Panthéon-Assas), DESS marketing et organisation commerciale.
  • 1999 Travaille chez Zurich assurances au service voitures de collection.
  • 2007 Crée son cabinet de courtage, Passion assurances.

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous