Olivier Raimond (WeSpecialty) : L’entrepreneur à roulettes

Par - Publié le

,

,

Grand amateur de glisse, Olivier Raimond a troqué sa vie de cadre chez le courtier Verlingue pour ­cocréer une agence de souscription d’assurances, WeSpecialty.

Olivier Raimond
Directeur commercial et cofondateur de WeSpecialty
Olivier Raimond Directeur commercial et cofondateur de WeSpecialty
studio falour

Et soudain le silence. Olivier Raimond est sans voix. Il lui faut dix secondes pour ­reprendre ses esprits et réaliser que : « C’est fini ! » Ce 27?juin 2016, le directeur de la branche internationale du courtier Verlingue vient de déposer sa lettre de démission. À 43 ans, dont 20 de vie salariale, Olivier Raimond part créer son entreprise. « Comme un saut dans le vide », ressent-il. Sur le moment du moins.

American Psycho

Car quelques mois seulement après sa création, les ­affaires tournent bien pour We­Specialty, l’agence de souscription qu’Olivier Raimond a créée avec ses associés Patrick de La ­Morinerie et Charles Gounel, anciens d’Axa Corporate Solution tous deux. La société, qui joue les intermédiaires entre des syndicats du Lloyd’s et de grands courtiers français dans le domaine du transport à l’international, a été lancée le 1er?septembre 2016. Fin novembre, elle cumulait déjà 54 M€ de primes présentées et 4 M€ de souscription. « Nous avons déjà souscrit des lignes de coassurances sur plusieurs sociétés du CAC40, tout comme sur les ­principales sociétés de négoces de matière première dans le monde », affirme Olivier Raimond triomphant. « Je n’ai jamais ressenti autant d’émotion et de passion dans ma vie professionnelle », s’exclame le quadra épanoui.

SON PARCOURS

  • Son âge 44 ans
  • Sa formation Diplômé de l’Essec
  • Sa fonction Directeur commercial de WeSpecialty

Comme beaucoup de professionnels du secteur, c’est un peu par hasard qu’Olivier Raimond a ­atterri dans l’assurance. Quand il sort diplômé de l’Essec, en 1997, il se voit trader dans une salle de marché. « J’avais dû lire American Psycho. Et je me voyais en Patrick Bateman, mais sans les égorgements ! », plaisante-t-il. La succursale monégasque de l’Arab ­Banking Corporation (ABC) où il effectue son stage de fin d’étude lui propose de l’embaucher à sa sortie d’école. Mais voilà qu’au même moment, l’armée le rappelle pour effectuer son service militaire. L’étudiant doit tirer un trait sur sa promesse d’embauche. Deux choix s’offrent alors à lui. Partir servir dix mois sous les ­drapeaux ou aller travailler comme « coopérant » dans une entreprise française basée à l’étranger. « Mon père, qui ­travaillait comme diplomate à Dakar m’a appelé. Il m’a dit : il y a une boîte ici qui pourrait faire ­l’affaire, ça s’appelle Gras Savoye ou « grâce à toi ». Je suis parti une ­semaine après », se souvient Olivier ­Raimond.

En skate à Damas

Au Sénégal, le jeune courtier est comme un poisson dans l’eau. Bien que né en Corse, il a passé l’essentiel de sa jeunesse tout autour du globe. Lui, sa mère et ses petits frère et sœur ont suivi son père dans ses différentes ­affectations de São Paulo au ­Brésil, jusqu’à Damas la capitale syrienne, en passant par ­Milan en Italie. « Le vrai fil rouge de toute ma vie c’est l’international, c’est le dépaysement », constate ce voyageur invétéré.

En Afrique, il découvre le métier de courtier la semaine et il part naviguer dans la baie de Dakar le week-end. L’homme est passionné de voile et de sports de glisse en général. « J’aime la vitesse », explique ­Olivier Raimond en se remémorant ses folles descentes en ­skateboard dans les rues de ­Damas dans les années 1980. « J’ai toujours ma planche. Elle est dans ma chambre », confie celui qui finira par s’installer à Paris, en 2004.

Promu directeur du ­département transport et ­logistique de Gras Savoye, il fait la connaissance de son ­futur associé Patrick de La Morinerie, alors DG adjoint d’Axa CS. « J’ai tout de suite apprécié sa vivacité et son sens commercial », raconte son actuel associé. Viscéralement en quête d’aventure, Olivier Raimond n’a pas été difficile à convaincre pour créer We­Specialty. À force de rentrer dans l’ADN de ses clients, il avait fini par vouer une véritable passion aux entreprises. En créant la sienne, il boucle la boucle.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous