Sonia Elmlinger : Indépendante et fière de l'être

Par - Publié le

,

,

Cette passionnée de finances, à son compte depuis toujours, coprésidente de la CNGP Île-de France, vient de s’associer à un cabinet international.

Sonia Elmlinger
Conseillère en gestion de patrimoine
Sonia Elmlinger Conseillère en gestion de patrimoine
LUC PERENOM

Quand on rencontre Sonia Elmlinger, on perçoit tout de suite une énergie débordante. Conseillère en gestion de patrimoine (CGP) depuis près de quinze ans, elle s’est intéressée très tôt à la création d’entreprises. À 20 ans, elle était ainsi trésorière d’une association de commerçants et, dès 30 ans, à la tête de son premier cabinet en gestion de patrimoine.

Son métier, elle l’aime pour le contact avec les gens et la mission qui lui est impartie : trouver des solutions sur mesure en prévoyan­ce, protection sociale et gestion de patrimoine. « Je rentre dans l’intimité de mes clients, je connais leur famille... 90 % d’entre eux m’appellent par mon prénom et plus de la moitié me tutoient. Ils savent qu’ils peuvent compter sur moi, et la réciproque est vraie : je peux les appeler si j’ai besoin d’un contact ou d’un service. »

Elle regrette cependant que le ­secteur soit aussi masculin, voire machiste... « Les CGP sont à 80 % des hommes. Je vois beaucoup de cabinets avec des femmes très ­compétentes, mais elles ne deviennent que rarement associées. Si j’ai créé ma boîte, c’est aussi parce que je savais qu’il me serait très dur d’évoluer là où j’étais ­salariée. Dans des réunions ­professionnelles ou sur des salons, on m’a souvent demandé de quel CGP j’étais ­l’assistante ! »

Partie de zéro

Parisienne, Sonia décide d’établir son premier cabinet en Bretagne, où la concurrence est moindre. « J’ai démarré de zéro, mais ayant travaillé deux ans chez un ­courtier breton, j’avais gardé des contacts avec des experts-comptables, des notaires et des avocats qui étaient d’accord pour m’aider. » Toutefois, huit ans plus tard, elle se résout à venir exercer à Paris où vivent son conjoint et sa petite fille. Les ­réveils à 4 heures du matin pour prendre le TGV ont eu raison d’elle. « Cela a été très dur de vendre ce que j’avais construit, et de laisser des clients que ­j’appréciais. »

Elle se spécialise sur la partie conseil, protection sociale et finan­cière. Elle constate vite que les dossiers ont souvent une dimension internationale : sa clientèle a des biens à l’étranger, des enfants qui font leurs études en Grande-Bretagne et s’y installent... « Je n’avais pas d’outils pour traiter ces problématiques, je ne connaissais pas la fiscalité et le droit privé international. Or, je voulais pouvoir suivre les enfants de mes clients qui s’installaient à l’étranger. Car avec le numérique, c’est aujourd’hui possible. » En 2015, elle va donc à Clermont-Ferrand suivre le DU gestion inter­nationale du patrimoine de l’Aurep (1).

SON PARCOURS

  • Son âge 44 ans.
  • Sa formation Licence de gestion et DU gestion internationale du patrimoine à l’Aurep en 2015.
  • Sa fonction CGP, coprésidente de la CNCGP Paris–Île-de-France.

Développer l’international

Cette décision marque un tournant dans sa carrière. Elle étudie aux côtés de Cédric Marc, qui lui propose de coprésider la Chambre nationale des conseils en gestion de patrimoine (CNCGP) Paris–Île-de-France. Une bonne façon de montrer que des femmes CGP, cela existe ! À l’Aurep, elle suit ­également les cours de Marion Chapel-Massot, directrice de la gestion privée du cabinet Equance, présent dans plus de 45 pays. « Je suis allée la voir pour lui proposer de rejoindre son ­réseau. Je m’apercevais que rester dans une petite structure n’était plus gérable, sauf à n’avoir que quelques très gros clients, ce qui est très risqué, selon moi », explique Sonia. C’est chose faite depuis septembre 2017. L’équipe d’Equance assure un suivi administratif de ses dossiers, certaines études patrimoniales de ses clients et lui recherche des biens immobi­liers et des solutions de crédit... « Cela me permettra de pouvoir revenir à mon vrai métier, le conseil, et d’être plus proche de mes clients ! », se réjouit Sonia, constante dans sa vocation et son engagement.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous