precedent Suivant Les femmes dans l'assurance : numéro spécial 9 / 9

Sophie Galateau-Lepère, agent général Gan Assurances : l'aventure au féminin pluriel

Par - Publié le

,

,

En mars 2017, Sophie Galateau-Lepère sera au départ du 27e rallye Aïcha des Gazelles avec sa consœur et amie, Sophie Pederencino. Une aventure à laquelle elles associeront les agents généraux.

Sophie Galateau-Lepère
Agent général Gan Assurances
Sophie Galateau-Lepère Agent général Gan Assurances
Corine Brisbois / Alpaca / Andia.fr

Le désert marocain est encore loin. Le départ du rallye ­Aïcha des Gazelles auquel elle participera pour la deuxième fois n’aura lieu que le 17 mars 2017. Mais à l’écouter, Sophie Galateau-Lepère semble déjà au volant d’un 4 x 4 filant dans les dunes... À moins que cette jeune agent général, qui a pris la suite de son père en 2014, ne soit pas tout à fait revenue de ces grands espa­ces découverts en mars 2016. À la fois pressée de participer de nouveau à ce rallye 100 % féminin, et encore sous la magie de cette aventure qu’elle a vécue, lors de la dernière édition, en binôme avec une salariée de Gan Assurances.

À la découverte de soi

Quand, en 2015, la société d’assurance, sponsor du rallye, propose aux femmes agents généraux de former des équipages avec des salariées de l’entreprise, Sophie Galateau-Lepère se dit « pourquoi pas moi ? ». Sans hésitation, celle qui a exercé au sein de l’agence paternelle pendant près de dix ans en tant que commerciale, se porte candidate. Une décision en apparence incongrue quand on sait que cette Avignonnaise volubile n’est pas fan d’automobile et n’a pas vraiment l’âme d’une aventurière. « Je n’avais jamais dormi sous une tente avant de participer à ce r­allye » reconnaît-elle, d’ailleurs. Mais ces détails ne font pas le poids face au tempérament impulsif de cette adepte de course à pied : « J’ai besoin de défis pour avancer », lâche-t-elle dans un sourire.

En mars 2016, elle abandonne son époux et leurs deux petits garçons, confie les rênes de son agence à ses deux collaborateurs et met le cap sur le désert marocain. Pendant trois semaines, sa vie – comme celle des centaines de participantes – sera rythmée par les bivouacs, les levers à quatre heures du matin et les longues journées de conduite hors-piste. Avec, pour seul objectif, non pas de battre des records de vitesse, mais d’emprunter l’itinéraire le plus court, et ce, en naviguant sans GPS, juste à l’aide de cartes et d’une boussole.

SON PARCOURS

  • Son âge 39 ans
  • Son diplôme HEC Montréal et Enass
  • Sa fonction Agent général Gan Assurances à Avignon

Dans l’immensité du désert, cette jeune femme audacieuse se décou­vre « des capacités d’endurance » et « une patience » qu’elle ne soupçonnait pas. Cette expérience, placée sous le signe de la solidarité entre participantes, mais aussi avec les populations locales (le rallye s’est doté d’une association œuvrant en faveur de l’éducation, de la santé et de la protection de l’environnement), l’a aussi aidée à « prendre du recul et de la hauteur ». « Quand on revient d’une telle aventure, certains problèmes du quotidien perdent de leur gravité. Nos vies ne sont finalement pas aussi difficiles qu’on veut bien le penser. »

Émissaires des agents généraux

La jeune agent général a hâte de retrouver les paysages arides du Maroc. D’autant que cette fois-ci, elle fera équipe avec sa consœur et complice, Sophie Pederencino, qui exerce dans les Pyrénées-Atlantiques. Les deux Sophie se sont ­rencontrées en 2013, lors de leur formation pour devenir agents Gan Assurances. Elles se sont retrouvées, dans des équipages différents, lors de la dernière édition du rallye qu’elles ont terminé 58e et 88e au classement général (sur 162). Devenues amies et inséparables malgré la distance – « On s’appelle tous les jours, on échange sur tout » – elles forment les Sof’zelles, un duo de choc bâti sur de nombreux points communs (prénom bien sûr, mais aussi âge, parcours, goût du risque et détermination) et cimenté par des complémentarités. « Sophie est beaucoup plus calme et posée que moi », juge la Provençale à propos de son homonyme d’origine savo­yar­­de. En 2017, les Sof’zelles, qui se sont fixées pour objectif de finir parmi les 50 premières, parcourront le désert en tant qu’ambassadrices des agents généraux. Avis à celles ou plutôt à ceux – le masculin l’emporte dit la règle, et le métier d’agent général exercé à 85 % par des hommes ne fait pas exception – qui souhaiteraient associer leur nom à l’aventure de ces deux « gazelles » prénommées Sophie.


precedent Suivant Les femmes dans l'assurance : numéro spécial 9 / 9


Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous