precedent Suivant Protection sociale complémentaire : un monde en mouvement 15 / 15

Yanick Philippon (Generali) : le choix de l'entreprise

Par - Publié le

,

,

À la carrière d’un haut fonctionnaire, ce Bourguignon a rapidement préféré le challenge commercial de la protection sociale complémentaire des salariés.

Yanick Philippon
Directeur des <br>assurances collectives
de Generali France
Yanick Philippon Directeur des
assurances collectives de Generali France
S. d’HALLOY / Generali

Pour Yanick Philippon, le sujet du moment c’est évidemment Generali Vitality, un programme qui encourage les salariés des entreprises couvertes auprès de la compagnie à adopter des comportements de santé vertueux. Cette initiative pourrait révolutionner l’assurance santé collective. Et à 57 ans, c’est lui qui porte ce projet avec un brin de fierté pour son nouveau port d’attache depuis 2010. « Generali est une entreprise qui fait des choix originaux et innovants », reconnaît Yanick Philippon. De quoi assouvir les besoins de défi de ce spécialiste de l’assurance de personnes qui porte un regard lucide sur le système actuel. « Il devient plus difficile de faire de la collective aujourd’hui qu’il y a quelques années. Dans les grandes entreprises, les partenaires sociaux ont davantage la main sur les fournisseurs et on sent que l’on paye un peu la fin des clauses de désignation dans leur choix », constate-t-il. Un monde qu’aujourd’hui il connaît bien, malgré un parcours qui aurait pu l’emme­ner sur une tout autre voie. Après des études de droit, cet originaire de Chablis est monté à la capitale. « Mon père était viticul­teur, mais moi je rêvais de faire Sciences po. » Dès 1982, c’est chose faite.

Le choix du privé

Il y découvre un nouvel univers, reçoit des cours de François Hollan­de et Jean-Pierre Jouyet, et décide de faire l’ENA, ce qui le conduira… à l’assurance et pas à la fonction publique. Même si l’idée d’être préfet a pu le séduire, Yanick Philippon aime trop la liberté. « Pour moi l’ENA, c’était plus par défi que pour devenir fonctionnaire. À la sortie de l’école, je ne souhaitais pas aller au ministère des Finances. La Caisse des dépôts et consignations proposait un poste à la CNP qui me permettait de concilier temporairement mon statut de fonctionnaire avec l’exercice d’une activité privée. C’est comme ça que je suis entré dans l’assurance. Ce qui m’intéressait à la sortie de l’ENA, c’était d’aller vers le commercial. J’aime le terrain », explique-t-il.

SON PARCOURS

  • Son âge 57 ans
  • Sa formation Licence de droit, diplômé de Sciences po, de l’ENA et du CHEA
  • Sa fonction Directeur des assurances collectives chez Generali France, membre du comité exécutif

Il découvre ainsi l’assurance mais aussi l’activité de retraite collective. C’est alors l’époque des débats sur les fonds de pension à la française et du plan Juppé. Une expérience riche pour cet homme plein d’énergie mais qui comprend vite que ce marché n’est pas amené à se développer rapidement. Il change alors de cap, entre chez Ag2r comme direc­teur technique et juridique du groupe. Il pénètre ainsi l’univers de la santé prévoyance, dans le monde paritaire et goûte au terrain qu’il affectionne particulièrement.

Proche des équipes

Et c’est justement ce goût du conseil qu’il retrouvera à la fois chez les courtiers Siaci et ensuite Mercer où Gilles Bénéplanc, qui avait repéré ses compétences est venu le chercher. L’actuel patron de Gras Savoye raconte : « J’ai eu l’occasion de le croiser à l’époque où il travaillait chez Ag2r. Quand il a rejoint Siaci, je me suis dit que j’aurais dû l’embaucher avant. C’est finalement ce que j’ai fait quelques années plus tard. Et j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui ». Et d’ajouter : « Yanick est un très bon professionnel et un bon manager, à la fois proche de ses équipes et du terrain ». Cette bonne connaissance des couvertures d’entreprises, des partenaires sociaux et du courtage n’a donc pas échappé à Generali dont il est aujourd’hui directeur des assurances collectives et, depuis 2014, membre du comex. Des responsabilités qui ne laissent guère plus à ce père de deux grandes filles que le week-end pour profiter de sa famille.


precedent Suivant Protection sociale complémentaire : un monde en mouvement 15 / 15


Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous