Yves Gangloff (CBP) : Un esprit libre

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Après être passé chez Generali et Cardif, ce polytechnicien a accompagné le développement du courtier en assurance emprunteur.

Yves Gangloff
Président du directoire de CBP
Yves Gangloff Président du directoire de CBP

Curieusement, ce polytechnicien aspirait à «faire du commerce». «Pour être au contact avec les gens», résume Yves Gangloff, devenu président de CBP, courtier spécialisé en assurance emprunteur et en prévoyance individuelle. Entre-temps, l’ingénieur à l’esprit libre a effectivement suivi son instinct. Son père étant président de la Réunion aérienne et de la Réunion spatiale, le jeune diplômé de l’X a d’abord côtoyé l’aspect industriel et international de l’assurance. Pourtant, il choisit l’assurance de… personnes. Sa première mission : inspecteur général chez Generali. «Là, j’ai appris en face des courtiers, des agents, des entreprises. Et j’ai emmené Generali sur des contrats retraite en collective. Je leur ai fait signer leur premier ­accord de ­bancassurance», confie celui qui raisonne toujours en termes de «stratégie».

Stature actuarielle

Au bout de trois ans, il passe le ­diplôme d’actuaire, «pour être ­crédible» sourit-il, et rejoint la direction entreprises de Cardif. «Il y avait déjà une énergie ­incroyable». On lui confie la ­création des ­services technique et gestion. Au-delà de son appétence pour la relation-client, l’ingénieur reste un bâtisseur. Cette fibre créatrice sera mise à contribution quand en 1989, il participe aux premiers pas de Cardif à l’étranger. Il quitte la France pour ouvrir la succursale belge, telle une start-up. Le trentenaire et son épouse dévorent la vie «bouillonnante et internationale» de Bruxelles. Sauf qu’une fois l’activité lancée, on le rappelle vite à Paris. Misant sur son sens de la construction, on lui donne un nouveau défi, double : restructurer Cardif Conseil (clients à distance) et, surtout, créer la cellule de gestion de fortune. Une vraie innovation à l’époque. «Je faisais du sur-mesure. J’ai signé des contrats de plusieurs centaines de millions de francs». Il jubile.

SON PARCOURS

  • Son âge 59 ans.
  • Sa formation École polytechnique.
  • Sa fonction Président du directoire de CBP.

Quelque temps après, en 1993, le cabinet nantais de courtage Bessé débauche le parisien pour développer commercialement sa toute jeune activité d’assurance emprunteur, CBP. «Au début, les Banque populaire, Caisse d’épargne, Crédit maritime, etc étaient indépendantes, il a fallu les convaincre une par une», rappel­le cet homme à l’humeur constante. Cet amateur de médita­tion aime affiner son raison­nement pour convaincre, cogiter faire évoluer les offres, les adapter au client...

Un tourbillon de modernité

La famille Bessé commence à se désengager de CBP en 2006. Il est décidé de se lancer à l’interna­tional, puis de doper l’activité assuran­ce emprunteur individuelle. Entre-temps, celui qui aime «transformer» l’entreprise, ­devient directeur général puis président du directoire. Et un vent de modernité souffle au sein de l’entreprise, devenue filiale de Financière Holding CEP : déména­gement dans un bâtiment moderne, mais surtout prati­que de la RSE du lean mana­ge­ment (NDLR : méthode et amélio­ration des performances d’une entreprise inspirée de Toyota) et de la communication. L’ambiance change. Symboliquement, l’arrivée du babyfoot en témoigne.

À la tête de 750 salariés et père de quatre filles âgées de 17 à 33 ans élevées dans l’espoir d’en «faire des femmes libres», Yves Gangloff bénéficie d’un poste d’obser­vation singulier sur l’évolution des aspirations professionnelles des nouvelles générations. «Les jeunes sont prêts à s’engager pour une entreprise avec des valeurs. Le management très hiérarchisé est voué à l’échec avec eux». Et le ­président tient à ne pas rater ce virage. Réflexion faite, celui dont le bureau est situé au dernier étage, au bout du couloir, s­’installerait volontiers moins loin des autres.

Près du babyfoot ?


Yves Gangloff

Yves Gangloff

Président du directoire de CBP

1978 : diplôme de l’Ecole Polytechnique. 1986 : certification d'actuariat du CEA. 1982-85 : responsable de l'inspection collective chez Generali France. 1985-93 : directeur technique et gestion chez [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

article extrait de l’argus de l’assurance

Tous les vendredis, l’information de référence
des institutionnels et des réseaux
 Contactez la rédaction
 Abonnez-vous