Cyber risques : Generali France lance une offre dédiée aux TPE-PME

Par - Publié le

,

,

,

,

La filiale de l’assureur italien s’associe à Europ Assistance et Engie Ineo pour proposer aux petits patrons une offre complète d’assistance, réparation et indemnisation en cas de cyberattaque.

L’explosion du nombre de cyberattaques, +140% au cours des 3 dernières années, génère une nouvelle matière assurable pour les compagnies. Si les grandes entreprises sont les plus gros pourvoyeurs de primes en matière de cyberassurance – un marché évalué à 50 M€ en France – les TPE et PME représentent 77%, des victimes de cyberattaques en France, selon le rapport 2016 de Symantec. Pourtant, seules 2 à 4% d’entre elles sont aujourd’hui assurées contre ces risques.

Generali France a décidé de conquérir ce marché en créant un produit spécifique dédié aux petits chefs d’entreprise « Generali Protection Numérique ». Cette « offre complète » a été co-développée avec Europ Assistance et la filiale d’Engie, Ineo, spécialisée dans les solutions pour villes et territoires connectés. En cas de cyberattaque d’un assuré, Europ Assistance jouera le rôle de point d’entrée unique et coordonnera les actions des experts d’Engie Ineo qui réaliseront le diagnostic technique, la récupération des données et leur reconstitution et le remplacement des systèmes de protection.

Réglement européen de protection des données

La filiale de l’assureur italien prendra en charge l’indemnisation des dommages, à savoir les frais de l’intervention d’Ineo et couvrira la perte d’exploitation engendrée par l’arrêt de l’activité de l’entreprise. En effet, selon le baromètre IFOP pour Generali, 41% des PME et TPE touchées connaissent une baisse ou une interruption de leur activité. Cette garantie sera plafonnée à 1M€.

Generali France prendra également en charge au titre de la responsabilité civile les frais de notification du vol de données. En effet, le règlement européen sur la protection des données qui entrera en vigueur le 24 mai 2018 impose aux entreprises de notifier aux personnes physiques concernées le vol ou l’altération des données, sous peine de sanctions allant jusqu’à 4% du CA consolidé annuel ou 20 M €. Aux Etats-Unis où cette notification est déjà obligatoire, le coût a été estimé en moyenne à 13 dollars par adresse. Generali supportera aussi les coûts liés aux réclamations des tiers et au risque d’enquête administrative en mettant des avocats à disposition des chefs d’entreprise.

Des primes annuelles de 1000 euros

La garantie couvre également le cyber risque généré par la négligence humaine, mais pas les attaques terroristes. Elle exclut l’usurpation d’identité via la technique du phishing par exemple, sur laquelle doit s’appliquer une garantie contre la fraude. Elle ne couvre pas non plus les rançons que pourraient verser les entrepreneurs aux cybercriminels, le conseil étant de ne pas la verser et de faire appel directement aux services d’assistance dédiés pour résoudre le problème.

Quant au prix de la prime versée par les dirigeants de TPE et PME, il se situe entre 1000 et 1100 euros par an sur la base des quelque 200 devis déjà réalisés. Pour ces petites entreprises qui s’assurent déjà en RC et contre l’incendie des bâtiments, cela revient à doubler le tarif de leur assurance annuelle. Bernard Duterque, directeur de la souscription des risques spécialisés chez Generali France, prédit que « l’assurance cyber sera au moins aussi importante que l’assurance incendie et RC dans les 5 à 10 ans à venir ».

 



Effectuer une autre recherche

Rechercher