Retraite : l’inquiétude des Français à son comble

Par - Publié le

,

,

,

,

L’inquiétude des Français sur les perspectives de leur propre retraite n’a jamais été aussi élevée, aussi utilisent-ils davantage leur bas de laine, soit pour puiser dedans, soit pour épargner par précaution : ce sont les deux principaux enseignements du Baromètre annuel du Cercle des Epargnants réalisé les 8 et 9 janvier 2013 par CSA/CECOP (Centre d'études et de connaissance sur l'opinion publique) auprès d’un millier de Français de plus de 18 ans. « 67% d'entre eux se disent inquiets sur leur propre retraite et surtout un Français sur quatre est tout à fait inquiet, commente Jérôme Jaffré, directeur général du CECOP. La réforme des retraites de 2010 n’a pas calmé les inquiétudes ». On note en particulier « une explosion de l’inquiétude chez les jeunes actifs (25-34 ans)».

Le report de l’âge légal à 65 ans

Le financement des retraites est cité comme une préoccupation prioritaire (56% des sondés), bien devant l’assurance maladie (43%) et l’aide au logement (26%). La nécessité d’une réforme du système de retraite est majoritaire (58%) et la nécessité d’un report de l’âge légal de départ à 65 ans « s’impose dans les esprits », selon le Cercle des Epargnants : 60% des sondés l’estime nécessaire en 2013 contre 30% en 2010.

Interrogés sur leur effort d’épargne, les Français déclarent épargner moins que début 2012 : 52% en 2013 contre 47% en 2012. « Ce sont les publics les plus fragiles qui épargnent moins, mais cela touche aussi les revenus moyens », poursuit Jérôme Jaffré. La retraite arrive en troisième position des Français comme motivation pour épargner. La crise provoque un double mouvement : on épargne davantage par précaution, mais aussi pour y puiser davantage.

L’assurance vie placement idéal pour seulement 1 Français sur 4

En 2013, les Français désignent le Livret A comme « meilleur placement » (46%) : il détrône l’immobilier (42% en baisse de 5 points en un an). L’assurance vie ne vient qu’en troisième position avec 24% (dont 16% totalement investi en fond euros et 8% investi majoritairement ou en partie en actions). A noter : la proportion de Français qui jugent qu’il n’existe « aucun » bon placement passe de 15% en 2012 à 28% en 2013, montrant là davantage la déception quant au taux rendement qu’une réelle défiance dans l’épargne. Mais un « brouillard s’est installé sur les différents produits », estime Philippe Crevel, secrétaire général du Cercle des Epargnants.

Toutefois, le Livret A ou l’assurance vie ont encore la cote : les Français jugent leurs régimes fiscaux légitimes respectivement à 53% et 36%. A noter également que 87 % des détenteurs d’un contrat d’assurance vie n’ont pas l’intention cette année d’effectuer de rachats.

Au total, selon l’enquête, début 2013, 29% des Français indiquaient posséder déjà une assurance vie en euros et 6% envisageaient d’y souscrire, tandis que 26% déclaraient disposer d’une assurance vie en actions et 4% seulement pensaient en souscrire une. 



Effectuer une autre recherche

Rechercher