Etude exclusive : les Français et les assureurs s’essayent aux nouvelles pratiques de voyage

Par - Publié le

,

,

,

,

Parmi les nouvelles pratiques de voyage, le covoiturage a été expérimenté par 36% des Français.
Parmi les nouvelles pratiques de voyage, le covoiturage a été expérimenté par 36% des Français.
DR

Le Baromètre Groupama Assistance/Argus de l’assurance/Institut Think présente sa deuxième vague après celle relative à la pratique du sport diffusée en juillet. Une fois encore, le regard croisé des Français et des courtiers d’assurances est riche d’enseignements, d’autant qu’il porte sur un sujet encore rarement mesuré : les nouvelles pratiques de voyage (covoiturage, éco-tourisme, hébergement chez l’habitant, échange d’appartement ou de maison…). Signe de leur faible pénétration dans la population française, elles apparaissent risquées pour 59% des Français… rejoints par les professionnels de l’assurance qui sont également 49 % à partager cet avis.

Une tendance émergente…

Mis à part le covoiturage déjà expérimenté par 36% des Français, ils sont un quart à s’être adonnés à l’éco-tourisme (rencontre avec les populations autochtones), à peine autant à pratiquer l’hébergement chez l’habitant et deux fois moins à partir faire la fête dans des pays low-cost. Bon dernier parmi ces nouvelles pratiques, l’échange d’appartement ou de maison ne remporte l’adhésion que de 7% de nos compatriotes. Un constat qui n’empêche pas l’intérêt (surtout en période de disette !), puisque tous les scores doublent lorsqu’on interroge les Français sur l’importance de cette forme de voyage à l’avenir. Il quintuple même pour l’échange de maison !

…mais les Français restent timorés

Malgré des potentiels apparemment élevés, les Français non encore utilisateurs évoquent comme premier frein une mauvaise connaissance (essentiellement pour l'éco-tourisme ou l’hébergement chez l’habitant) et par conséquent un sentiment de risques importants. Des risques principalement évoqués dans le cadre d’échange de maison ou d’appartement puis en cas d’hébergement chez l’habitant. Les plus timorés d’entre eux sont les actifs de 35 à 64 ans, les CSP inférieures, les femmes, les moins diplômés ou les provinciaux.

Des professionnels peu sollicités

Seuls 56% des professionnels de l'assurance sont sollicités par leurs clients, dont 47% de façon occasionnelle. En revanche, ils sont une majorité (55%) à pratiquer leur devoir de conseil en demandant à leurs clients quels sont leurs types de pratiques et en leur proposant plutôt une couverture sur-mesure (19% proposent des prestations plutôt généralistes). Quant à leur vision des produits d'assurance disponibles, les professionnels ont une perception plutôt partagée, puisque 35% considèrent qu'ils disposent des offres nécessaires et 31% que des produits manquent, notamment ceux spécifiques pour une extension de l'assurance habitation ou de l'assurance auto.


1 réaction

Boris | 26/08/2013 - 23H34

Le cohébergement me donne la possibilité de me déplacer à petit prix en évitant les hôtels, une chambre en cohébergement me permet aussi de rencontrer des gens qui sont une source de renseignements très utiles sur la ville où je séjourne. Moi qui adore discuter, je suis ravie d’être cohébergée ou de cohéberger sur ma ville.

Signaler un abus |  CITER


Effectuer une autre recherche

Rechercher