REAVIE 2017

Le 28è congrès international REAVIE se prépare à accueillir cette année une audience encore plus nombreuse que par le passé : plus de 750 dirigeants de l’assurance et réassurance de personnes se donnent RDV sur le congrès à partir du 11 octobre, ainsi que de nombreuses startups, des acteurs de l’innovation, et des personnalités de renom qui viendront réagir aux propositions de réforme du prochain quinquennat sur la santé.

 

REAVIE, c’est deux jours de networking, de rencontres d’affaires, de convivialité et de débats sur l’actualité & enjeux du marché. Rendez-vous à Cannes le 11 octobre !

 

Programme complet et inscription : www.reavie.com 

REAVIE 2017

Dépasser les carcans pour innover en protection sociale

Par - Publié le

,

,

,

,

,

,

Même dans un secteur de la protection sociale très régulé et difficile à réformer, les acteurs privés peuvent trouver des espaces d’innovation. C’est d’autant plus urgent qu’ils seront tôt ou tard percutés par la dynamique du Net.

Frédéric Lavenir, directeur général de CNP Assurances, et Frédéric van Roekeghem, directeur général de MSH International.
Frédéric Lavenir, directeur général de CNP Assurances, et Frédéric van Roekeghem, directeur général de MSH International.
Claire Latour

A-t-on tout essayé pour réformer la protection sociale ? Une vaste question que la plénière de clôture de Réavie a permis de poser sous plusieurs angles. Tout d’abord celui du financement. Pour Frédéric van Roekeghem, directeur général de MSH International et ancien directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnamts), le système de protection sociale se distingue par une opacité à laquelle il serait urgent de mettre un terme. « Depuis longtemps, la droite comme la gauche ont tout fait pour ne pas donner une vision claire des déficits », estime-t-il, invoquant la transparence comme un préalable à toute réforme. Quant au changement à impulser, M. van Roekeghem se dit « partisan d’une réforme à l’allemande où l’on imposerait un équilibre constitutionnel des comptes ».

Dépasser la grille de 45

Frédéric Lavenir, directeur général de CNP Assurances, affirme pour sa part que « le système est bridé car il est difficile de le penser autrement que selon les principes fondateurs de la sécurité sociale de 1945 ». Or, ces principes ne correspondent plus à la réalité actuelle, dans laquelle une grande partie du risque santé se confond avec le risque vieillesse, par exemple.

A ses yeux, il serait temps de faire tomber certaines frontières pour « remettre la personne et ses besoins » au centre du système, et entrer dans « une vision holistique du risque ». Autre adaptation indispensable, une mise en adéquation avec un monde du travail plus émietté, des parcours discontinus et une croissance faible. Des facteurs qui ouvrent aussi, selon M. Lavenir, une fenêtre de tir pour le lancement d'offres de retraite supplémentaire.

Mais comme l’a remarqué Frédéric van Roekeghem, la France est difficile à réformer, en matière de protection sociale comme dans d’autres domaines. Tout en rejoignant M. Lavenir, il pense qu’il faut continuer de diversifier les modes de financement, sans pour autant abandonner le socle qu’est le monde du travail, car en cas de crise, les salaires ne baissent pas autant que le PIB. Pour accélérer les réformes, M. van Roekeghem est convaincu qu’un régime universel de protection sociale est « incontournable ».

Une vision holistique

Mais quelle méthode appliquer sur un sujet aussi explosif ? M. Lavenir considère que les régimes de protection sociale étant ce qu’ils sont, « le seul chemin pour aller vers une vision holistique des risques est une libération de la capacité d’innovation des acteurs privés ». C’est pour lui l’unique moyen de dépasser une vision en silos. Il faudrait, par exemple, coupler des sujets comme la dépendance et la retraite. Ou la retraite et la santé. Cela permettrait de prendre en compte le fait que les problématiques de santé ne sont pas du tout les mêmes à 65 ans qu'à 90 ans.

Un point de vue que ne partage pas tout à fait M. van Roekeghem, qui met en garde contre la tentation de penser que la prévention résout tout. Car si l’on a échappé à un accident vasculaire cérébral dans la soixantaine, on tombera peut-être dans la dépendance plus tard ! L’ancien patron de la Cnamts regrette que les acteurs manquent de visibilité et d’un cadre stable. Mais le directeur général de MSH International pense aussi qu’il y a des choses à faire en dehors du cadre institutionnel.

Percutés par le Net

Alors que ce débat sur la difficulté de réformer la France n’est pas propre au monde de la protection sociale, de base comme complémentaire, que peut faire ce dernier pour s’affranchir des pesanteurs hexagonales ? L’enjeu est urgent, car des nouveaux entrants comme l’assureur Oskar, qui se développe de manière fulgurante outre-Atlantique sur la vague de l’Obamacare, ou les « Gafa » (GoogleApple – Facebook – Amazon ) n’attendent que l’occasion de déferler sur le secteur de la santé. Les acteurs traditionnels du système français sont certes protégés par un carcan réglementaire qui ne cesse de se resserrer, comme on a pu constater à Réavie avec les réactions hostiles au projet de complémentaire santé pour les seniors. D’un autre côté, cette régulation les protège aussi. Mais ne risquent-ils pas de se faire doubler ?

Créativité américaine

« Tout le monde est dans les starting-blocks. Mais comme nous sommes dans un univers très régulé, nous verrons plutôt des coopérations », analyse Frédéric Lavenir. Outre les projets des Gafa et de quelques start-up, le DG de CNP Assurances cite aussi en piste d’avenir des couvertures collectives en entreprise, à l’étranger, « qui sont sans commune mesure avec ce que nous connaissons». 

« Il est clair que la dynamique du Net va nous percuter. C’est un challenge », affirme Frédéric van Roekeghem. Pour lui, les Etats-Unis sont le pays le plus créatif, notamment parce qu’ils se donnent, en matière de protection sociale et dans tous les domaines, les moyens de tester des innovations quitte à abandonner celles qui n’aboutissent pas.

 


Frédéric Van Roekeghem

Frédéric Van Roekeghem

Directeur général de MSH International (groupe Siaci Saint Honoré)

Frédéric Van Roekeghem est né le 2 juillet 1961 à Saint-Quentin (Aisne).   Ecole Polytechnique (X80) École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA). Titulaire d'un [...]

Lire la suite
Frédéric Lavenir

Frédéric Lavenir

Directeur général de CNP Assurances

Frédéric Lavenir est né le 11 juin 1960. Diplôme de l’École des Hautes études commerciales (HEC). Diplôme de l’École Nationale d’Administration (ENA). 1986-90 : [...]

Lire la suite

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les plus lus