AMRAE 2018

Blockchain : deux assureurs se lancent (Amrae 2018)

Par - Publié le

,

,

,

,

Axa et MS Amlin ont misé sur la technologie blockchain. Si le premier a lancé une plateforme d'assurance paramétrique qui permet de couvrir les retards d’avion, le second automatisera dès juin 2018 le risque de transport maritime de marchandises en zones de guerre avec une tarification en temps réel.

Les Rencontres du risk management ont décrypté, pour la première fois, les bouleversements de la technologie blockchain dans l'assurance
Les Rencontres du risk management ont décrypté, pour la première fois, les bouleversements de la technologie blockchain dans l'assurance
STEPHANE OLIVIER ARTEPHOTO.COM

La technologie blockchain - ce registre public distribué de transactions sécurisées sans tiers de confiance - gagne l'assurance. En BtoC comme en BtoB, les assureurs la testent sur des niches de marché. C'est le cas d'Axa avec Fizzy, un produit d’assurance dommages d’un genre nouveau qui permet à ses souscripteurs d’être indemnisés directement et automatiquement en cas de retard de leur vol.

Répondre aux besoins des clients

«Paiements trop longs des sinistres, tarifs jugés chers, estimation arbitraire du montant du sinistre ou encore exclusions cachées : notre industrie de l'assurance dommages ne répond pas parfaitement aux besoins des clients, raconte Tanguy Touffut, directeur général d'Axa Global Parametrics. Avec Fizzy basée sur la plateforme de blockchain Ethereum, ce sont les statistiques du trafic aérien (données externes) qui déclenchent le remboursement, ainsi pas de déclaration, pas de formulaire à remplir et aucun temps de perdu pour le client ».

Toutes choses rendues possibles car il n'y a, dans ce cas de figure, pas d'exclusion, le montant de l'indemnisation est connu d'avance et ne dépend pas du comportement de l'assuré. Tanguy Touffut envisage de dupliquer potentiellement le système à des produits assurance chômage, décès, fraude...

Dans les grands risques d'entreprises aussi

Plus surprenant, peut-être, le choix de l'assureur en risques d'entreprises s'est porté, depuis juin 2016, sur la création d'un POC (Proof of Concept) dans le domaine de l'assurance de transport de marchandises par bateaux en zones de guerre. « Nous automatisons et sécurisons le contrat d'assurance entre le client, le courtier (ndlr  Gras Savoye Willis Tower Watson), l'assureur et le réassureur. Cela signifie que les données nous permettant de connaître et tarifer les risques en temps réel au moment où le bateau traverse la zone très risquée », Madeline Bailey, head of strategic initiatives de MS Amlin. Validée en janvier 2018, la plateforme, construite, sera opérationnelle en juin prochain.



Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les plus lus