Antoine Bernheim perturbe l'AG de Generali

Antoine Bernheim perturbe l'AG de Generali
Antoine Bernheim, ex-président de Generali

Lors de l'assemblée générale de l'assureur italien, il a été rendu public que l'ex-président de Generali avait porté plainte contre la compagnie. Finalement, la procédure a été abandonnée, a-t-on appris par la suite. Un imbroglio qui n'a pas réussi à masquer des résultats 2011 très décevants.

Surprise générale lors de l'assemblée générale de Generali, organisée le 28 avril à Trieste, en Italie. Interrogé sur le contentieux économique auprès du tribunal civil de Trieste qui oppose la compagnie à Antoine Bernheim, le président de l'assureur italien, Gabriele Galateri, a répondu qu’il s’agissait « d’une action qui n’avait pas de sens ». L’ex-président, qui a été remercié il y a deux ans et touche une rente viagère de 1,59 M€ par an, a porté plainte, a-t-on appris à cette occasion, car il réclame une rétribution pour son poste de « président honoraire » et des indemnités de départ pour ne pas avoir été confirmé à la présidence du groupe.

Plainte retirée

Le Français n’a visiblement pas supporté que son successeur, Cesare Geronzi, également remercié tout juste un an après son arrivée, ait perçu une indemnité de 16 M€. Nouveau coup de théâtre à l'AG : Antoine Bernheim a fait savoir, par l’entremise de son gendre Domenico Napoleone Orsini, qu’il abandonnait sa plainte, tout en demandant à Generali de lui renouveler son contrat de location pour sa maison à Venise.

Mauvaise année

Outre cette « affaire », l'AG a été l’occasion pour la compagnie de faire le point sur ses stratégies actuelle et future. Le n°1 de l'assurance en Italie et n°3 en Europe a entériné une année 2011 catastrophique, non sans susciter quelques protestations. De nombreux actionnaires n’ont pas apprécié de voir leur dividende réduit de moitié à 0,20€, contre 0,45€ en 2010. En 2011, Generali a divisé son bénéfice par deux à 856 M€ en raison de dépréciations sur les titres grecs et sur sa participation dans Telco, la holding contrôlant Telecom Italia.

Management attaqué

Au sujet justement des investissements réalisés, le patron du fabricant de lunettes Luxottica, Leonardo Del Vecchio, actionnaire à 3% de Generali, a violemment attaqué le management dans un entretien au quotidien Corriere della Sera, l’accusant de faire trop de finance en utilisant « l’argent des épargnants » et peu d’assurance. Il a carrément invité le CEO de Generali, Giovanni Perissinotto, à démissionner, en lui rappelant comment le titre « avait perdu les deux tiers de sa valeur en cinq ans et 34% en un an ».

Optimisme affiché

« Nous sommes des assureurs et donc des investisseurs, non des financiers », lui a rétorqué ce dernier. Giovanni Perissinotto s’est, par ailleurs, montré optimiste pour 2012 en annonçant un bénéfice en forte hausse, situé entre 1,5 et 1,8 Md€. En se projetant vers l’avenir, le groupe prévoit surtout de croître sur les marchés émergents, comme la Chine, l'Inde, le Vietnam et le Brésil. D’ici à dix ans, il espère doubler sa présence en dehors de ses trois pays phare (Italie, France et Allemagne), qui représentent encore près de 70% du total de ses primes.

Dominique Muret, à Milan

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 24 septembre 2021

ÉDITION DU 24 septembre 2021 Je consulte

Emploi

ALLIASS

Gestionnaire sinistres IARD Confirmé H/F

Postuler

Natixis Assurances

CHARGÉ D’ÉTUDES ACTUARIELLES INVENTAIRE EPARGNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat d'assurances statutaires

Centre de Gestion de la Fonction Publique

24 septembre

66 - Perpignan

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Antoine Bernheim perturbe l'AG de Generali

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié