Aviva évite une nouvelle révolte des actionnaires

Aviva évite une nouvelle révolte des actionnaires

En dépit de quelques voix discordantes, 88% des actionnaires ont voté en faveur du rapport sur les rémunérations de l’assureur britannique.

Soulagement pour Aviva : la révolte des actionnaires, qui avait conduit l’an dernier à la démission du directeur général Andrew Moss, n’a pas eu lieu cette année lors de l’assemblée générale du 9 mai. Quelque 88% des actionnaires du groupe ont en effet voté cette année en faveur du rapport de rémunération de l’assureur, comparé à 55% l’an dernier.

Des promesses pour l'avenir

L’assemblée semble avoir été rassurée par la présentation du nouveau directeur général Mark Wilson, entré en fonctions le 1er janvier dernier. « Ayant parlé avec vous il y a quelques minutes, je  sais qu’il y a encore un sentiment d’impatience », a-t-il indiqué en ouverture de l’AG au centre artistique de Barbican à Londres, « je ne vous blâme pas. Si la patience est une vertu, je pense que les actionnaires d’Aviva sont bien placés pour devenir des saints». Mark Wilson a ainsi réitéré sa promesse de  générer davantage de trésorerie au cours des prochaines années, de manière à accroître les dividendes.

Les dirigeants au régime sec

A l’occasion de la publication de ses résultats financiers en mars, l’assureur avait annoncé la réduction du dividende à hauteur de 44% suite à des pertes de 3,5 Mds d’euros, consécutives aux dépréciations passées  sur la vente de ses opérations américaines  à Apollo Global management en décembre. Depuis son entrée en fonctions, le dirigeant a également voulu apaiser la colère des actionnaires en supprimant tous les bonus pour les directeurs exécutifs et en gelant les salaires pour les 400 managers les plus seniors au sein de la compagnie d’assurance. Quelques actionnaires ont cependant saisi l’occasion pour dénoncer un plan d’intéressement à long terme dont a bénéficié l’actuel directeur financier du groupe Pat Regan. D’autres ont demandé la démission de l’actuel président du comité des rémunérations, Scott Wheway, vivement critiqué pour sa gestion passée.  « La rémunération des dirigeants est trop élevée et continue à augmenter », a reconnu John McFarlane, président de l’assureur, « il y a un problème de rémunération fondamental au sein des entreprises britanniques. Cependant, la société a également besoin d’attirer les talents dans le monde entier et doit s’aligner sur des rémunérations globales. Mark Wilson n’est pas le dirigeant le mieux payé dans l’industrie et pourrait obtenir un meilleur salaire que celui perçu chez Aviva » a-t-il conclu.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 10 juillet 2020

ÉDITION DU 10 juillet 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

Marche de Bretagne

Mandataires Indépendants H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Cession d'éléments isolés d'actifs.

SARL Lille IMMO

10 juillet

59 - LILLE

Désignation du commissaire aux comptes pour les exercices comptables 2020 à 2025

Expansiel Promotion

10 juillet

94 - EXPANSIEL PROMOTION

Désignation du commissaire aux comptes pour les exercices 2020 à 2025

Valophis La Chaumière Ile de France

10 juillet

94 - VALOPHIS CHAUMIERE IDF

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Aviva évite une nouvelle révolte des actionnaires

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié