Bancassurance : une planète en mouvement

Bancassurance : une planète en mouvement

Pour réorienter leur mix business vers moins d’épargne en euros et plus de protection, les bancassureurs ont dû faire des choix stratégiques qui recomposent le paysage de la bancassurance en France.

Bon cru que celui de 2017. «L’année a été extrêmement favorable pour l’assurance en général, et pour les bancassureurs en particulier », confirme Fabrice Gardette, responsable de l’activité de Conseil pour le secteur de l’assurance chez Accenture. C’est d’ailleurs le point saillant de notre classement 2018: 70% des acteurs qui y sont présents ont réalisé de meilleures performances l’an dernier qu’en 2016 tant en assurances de personnes qu’en dommages. Le constat vaut pour le leader, Crédit agricole Assurances, qui progresse de presque 2%, BNP Paribas Cardif, dont le chiffre d’affaires est en hausse de près de 10%, ou même d’ACMN Iard, dernier de notre classement, qui progresse de plus de 3%. De prime abord, les croissances peuvent paraître modestes. Elles témoignent néanmoins du succès des stratégies de transformation du mix business déployées depuis plusieurs années par la plupart des bancassureurs et de la volonté de désensibiliser leur bilan des activités d’épargne retraite en euros pour s’orienter davantage vers les activités que ces acteurs appellent «protection» (pré- voyance, dommages, santé).

  • 2 Le nombre de places gagnées par Natixis Assurances, qui profite à plein du nouvel accord entre BPCE et CNP Assurances
  • +6,4 % La progression de Société générale Insurance, désormais propriétaire à 100% d’Antarius
  • +12% L’objectif d’équipement d’ici à 2020 de Cardif IARD, coentreprise entre Matmut et BNP Paribas Cardif

Mais cette année, un fait nouveau ressort de notre classement. Ces chiffres témoignent en effet du mouvement de recomposition qui caractérise le secteur de la bancassurance au gré de partenariats qui se font (ou se défont) et autres rapprochements stratégiques. Si le trio de tête de notre classement reste le même qu’en 2016 et 2015, impossible de passer à côté de la montée en puissance de Natixis Assurances, qui progresse sur tous les segments sauf sur celui de la santé : + 66 % en assurance vie, + 15 % en prévoyance, +6% en automobile et en MRH . En gagnant deux places, le bancassureur du groupe BPCE s’invite dans le Top 5 de notre classement général.

L’explication ? C’est en 2017 que s’est pleinement fait ressentir la reprise par BPCE, via Natixis Assurances, de la production des affaires nouvelles en assurance vie pour le réseau Caisse d’épargne (historiquement du ressort de CNP Assurances), le groupe bancaire ayant réorienté vers l’emprunteur son partenariat avec CNP. Par ricochet, ce dernier perd sa place de leader de l’assurance vie en France (au profit de Crédit agricole Assurances) avec un chiffre d’affaires en recul de 9,5% sur ce segment. Un recul de l’activité épargne qui était attendu, comme l’avait relevé Frédéric Lavenir, le directeur général de CNP Assurances lors de la présentation en mars de ses résultats annuels.

«L’idée de Natixis Assurances est de passer à un modèle de bancassurance pleinement inté- gré pour tirer le plein potentiel de la vente d’assurances par les réseaux bancaires », décrypte Fabrice Gardette. Une stratégie également déployée en dommages, puisque Natixis Assurances a repris, fin 2017, les parts de Macif et Maif au capital de BPCE Assurances, devenant ainsi la plateforme unique du groupe BPCE en assurances. Ce modèle de bancassurance intégré est aussi celui défendu par Société générale Insurance, dont les chiffres 2017 ont été tirés par la reprise à 100 % d’Antarius. Pour rappel, le groupe a racheté, au 1er avril 2017, la part de 50% d’Aviva France dans leur joint-venture Antarius, compagnie d’assurance-vie dédiée aux réseaux du Crédit du Nord. Une opération qui a dopé les résultats 2017 de Société géné- rale Insurance qualifiés de « records » par son directeur général, Philippe Perret.

L’arrivée d’un nouvel acteur

Ce mouvement de recomposition de l’univers bancassurance est loin d’être terminé. 2017 fut également marquée par les luttes intestines au sein de la famille Crédit mutuel. Si aucune répercussion n’est encore visible dans les chiffres, une éventuelle scission entre les différentes fédérations pourrait changer la donne en 2018. Tout comme une recomposition du capital de CNP Assurances si l’hypothèse d’une intégration dans le giron du groupe La Poste se vérifiait. Une piste ravivée depuis l’arrivée à la tête de la Caisse des dépôts (CDC) d’Éric Lombard, l’ex-PDG de Generali. Interrogé début avril sur l’avenir du capital de CNP Assurances, dont la CDC détient 41%, ce dernier a déclaré que les discussions étaient toujours en cours. Sans plus de détails.

Autre changement à venir, enfin, et pas des moindres : d’ici quelques semaines, il faudra compter un nouvel acteur parmi les bancassureurs. BNP Paribas Cardif, qui nourrit des velléités en assurances dommages, s’apprête à lancer Cardif Iard, une coentreprise créée avec Matmut et destinée à équiper le réseau BNP Paribas d’une nouvelle gamme auto, MRH, protection juridique et assurance scolaire. Objectif : 12 % d’équipement d’ici 2020. Autant d’éléments qui pourraient bien contribuer à faire bouger les lignes à nouveau l’année prochaine, et créer quelques surprises.

 

 

Emploi

LVS EXPERTISE

Un Assistant Expert H/F

Postuler

PARANGON INVESTISSEMENT

Conseiller Commercial H/F

Postuler

MAIF

Conseiller Déclarations Sinistres H/F - Chauray - CDD 12 mois

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Programme d'assurances dommages du parc nucléaire du groupe EDF..

EDF SA chez EDF Assurances

17 octobre

92 - LEVALLOIS PERRET

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Bancassurance : une planète en mouvement

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié